[Forum RPG/Pensionnat Japonais] Hé, hé ? Tu connais Kaikō, enfin, Kaizoku kōkō ? C'est un lycée à Yokohama, pas loin de la mer. Bon, ok, un lycée normal à la mer quoi. Mais y a les clubs. C'est super les clubs!
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [EVENT TERMINE] Cérémonie de rentrée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
PNJ
avatar


Messages : 3
: 8300
Age : 38
Date d'inscription : 10/07/2013
Pseudonyme : PNJ


MessageMer 10 Juil - 23:05
Rappel du premier message :

Contrairement à ses habitudes, Tōma se sentait observé. Était-ce le gymnase blindé de monde? L'annonce de son accession au poste de président du conseil des élèves? Il entrait en troisième et dernière année et personne ne semblait avoir particulièrement pris conscience de son existence jusque là, alors il devait y avoir autre chose. Mais quoi..? Il n'avait pas le temps -ni vraiment l'envie, en fait...- d'y réfléchir parce que justement, en tant que président du conseil il se devait de prononcer un discours pour la cérémonie de rentrée.

Il n'avait rien écouté au discours du directeur adjoint, qui précédait le sien et devait basiquement contenir les mêmes banalités d'usage que chaque année, mais avait assez nettement saisi son nom à la fin. Ravalant un soupir, le jeune homme se leva lentement mais sans hésitation pour se diriger vers l'estrade.

Bon, maintenant qu'il se tenait là, devant le micro, il était clair que tout le monde le regardait. Les nouveaux élèves du moins, parce que les autres, probablement lassés par la redondance de ce genre de rassemblements, semblaient moins attentifs et surtout sensiblement plus bruyants. À commencer par les autres membres du conseil qui, bien qu'assis au premier rang ne se sentaient apparemment pas plus concernés que les autres. Ils ne regardaient même pas dans la bonne direction.


"Mouais...", grogna-t-il instinctivement.

Toute la salle aurait été en mesure de l'entendre, sauf que personne ne l'écoutait. Il haussa un peu la voix.


"Eh. Je parle, là."

Un vague semblant de silence gagna l'assemblée. Ça n'allait pas durer, qui en avait quelque chose à faire? Résigné, Tōma s'éclaircit discrètement la voix et prononça son discours de bienvenue.

/i\ Ce topic étant un event qui a pour vocation de mettre en place la cérémonie de rentrée, tout le monde est fortement invité à y répondre. Il est donc à comprendre que la date rp est le jour de la rentrée au lycée. Les Première année mettent donc pour la première fois les pieds à Kaizoku Kōkō depuis le jour du concours d'entrée -ils arrivent en ces lieux après avoir déposé leurs affaires dans leur chambre-, et les Seconde/Troisième années se retrouvent enfin depuis le début des vacances -eux sont arrivés depuis la veille pour déposer leurs affaires. /!\
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AuteurMessage
Invité

Invité



MessageMar 6 Aoû - 11:57
 


Le retard • Réveil de merde, cérémonie de merde. Tu n'arrivais pas à croire qu'on vous forçait encore à vous y rendre alors que vous connaissiez déjà la chanson. C'était à chaque fois ennuyeux et obligatoire. On vous obligeait à y aller, vous contraignant alors à louper une grasse matinée bien méritée (et ouais, jouer à Guitar Hero presque toute la nuit, ça pardonne pas!). Et évidemment, tu devais y aller parce que tu représentais le club de musique, parce que tu étais sa présidente! Youpi. Montre l'exemple, qu'on te disais. Montre l'exemple MON CUL OUAIS. Je vais pas me mettre à être gentille et aimable juste pour eux ou pour les nouveaux. T'façon, tu les forcerais à rejoindre le club s'ils voulaient pas. Tu leur donneras un autographe de Kurt Cobain -quoi, comment ça il est mort? - et ils accourront. Ouais, c'était un bon plan ça. Ah! Il faut que tu vois le nouveau président aussi. Tu rigoles en pensant à celui de l'an dernier. Il avait pas démissionné à cause d'un début de dépression? Possible. Haha le gland.
Tu regardes ta montre. Bordeeeeeel, t'es en retaaaaard! Tout ça à cause de ce foutu réveil qui a pas voulu faire son boulot! Bon ok, il était cassé. Bon OK, c'était toi qui l'avait cassé. Oui bon voilà, pas de quoi en faire tout un plat! Toujours est-il que tu te retrouves comme une conne à courir dans tout le lycée ta guitare à la main.


La surprise • Une minute... Ta guitare? " Putain la cooooooonne! ". Machinalement, tu t'étais emparée de ta guitare. L'habitude probablement. Bon. Prend une décision. T'es déjà en retard. Si tu l'es encore plus, on t'engueulera. OK. Tu retournes pas à ta chambre et tu vas au gymnase avec ta guitare. Si on te questionne et baaaah... tu diras la vérité.
Tu arrives enfin au gymnase. Tu ouvres la porte d'un coup de pieds. Entrée fracassante. Tu es essoufflée mais pourtant tu t'écris, toujours aussi bruyante:

- Je suis là, parfaitement à l'heeeeuuuuure!


Le rire • Oh mon dieu. Tu n'en croyais pas tes yeux. Wahoo. C'était. Comment dire? Spécial? Tu aimais bien ça. C'était probablement la première fois que ça arrivait. Le nouveau président était-il aussi cool que ça? Tu lèves la tête vers la scène. Bouh. Malgré son léger sourire il avait l'air coincé. De pauvres élèves chantaient et dansaient, d'un air plus ou moins joyeux. Tu voyais la membre du club d'Oendan qui dansait. Aaaaah! C'était quoi son nom? Merde t'avait oublié. Elle fait parti du conseil des élèves... Tako... Tacos... Take... Ah! Ça y est! Takeda! Takeda Mayu! Wahoo. Elle a l'air heureuse.


- La présidente du club de musique est lààààà!

Personne ne te regarde. Ils sont tous concentrés sur la scène. T'aimes pas ça. T'aimes bien attirer l'attention. Tu sors ta guitare de son étui, la branche au petit amplificateur (mais puissant), sature le son à fond et fais un de ces son pire que de la craie contre un tableau, son qui résonnait très bien dans la salle haute de plafond. Voilà, ils t'avaient remarquée.

- Woh, je suis là!

T'es pas du genre à entrer par la porte de service.



Dernière édition par Kinoshita Tomoyo le Sam 10 Aoû - 19:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shirogane Jun
avatar
1rst Fonda
- Moe pengin style -

1rst Fonda - Moe pengin style -

Féminin Messages : 429
: 9510
Age : 24
Date d'inscription : 08/07/2013
Pseudonyme : ZokuPengin/Suzu
Fiche : www
Carnet de bord : www
Mail : seven@kaikomail.jp


What's up!
Statut: Deuxième année
Club: Basketball

MessageVen 9 Aoû - 20:57
Jun était assez énervée qu’une telle paperasse ait écrit sur elle. Non mais ces gens n’avaient rien à faire de leurs vacances. Franchement. Les passer à rédiger une crasse, une grosse merde comme ce torchon bon qu’à s’essuyer le cul. Y avait pas à dire. C’était de la merde. Une belle crotte.

Alors qu’elle expirait par le nez tel un taureau excité par un drap, la demoiselle tarda un peu avant de se rendre compte réellement de la personne qui se trouvait derrière elle. Cette voix murmurée près de son oreille, elle avait plus l’habitude de l’entendre un peu plus élevée, principalement sur le terrain. Mais elle la connaissait. Très bien même. Eiji, c’était son capitaine, son mentor, sa source d’inspiration. Ayant énormément de respect pour lui, elle ravala vite sa colère pour la reporter sur cette pourriture de papier qu’elle pliait, déchirait machinalement -le capitaine ne devait pas être du genre à lire ces bruits de couloirs- jusqu’à se souvenir qu’en quelque sorte… Ce bout de crotte la complimentait puisqu’il disait d’elle être plus douée que certains garçons de l’équipe.

Ah Taichō. Ben. Ouais. C’est. Pour un truc. Et oui, vous savez bien que vous pouvez compter sur moi… Et Geki, ben il est sur la scène.

Boudant sur sa chaise, complètement isolée du monde, du moins à une chaise près qui l’entourait, Jun comptait se retourner jusqu’à ce qu’elle entendit cette voix rauque rayée par le désespoir. Yamashita. Toujours là où on l’attend le moins. Jun l’aimait pas. Le genre de fille qui emporterait le monde dans sa descente aux enfers. Alors oui. Elle s’était levée. Elle allait pas rester assise avec cette bouillasse dans les pattes.

OH. Bien sûr que ça nous fait chier. Mais si t’étais venue aux années précédentes, ou plutôt, si t’étais restée plus d’une minute les dernières fois, tu saurais que cette cérémonie est dix milles fois mieux que les autres ! Si t’aimes pas tu sors. C’est tout. Et c’est complètement improvisé ! Si t’as cru que Takahashi s’est préparé à retirer ce balai… de son sérieux habituel, tu te fourr… tu te trompes !” explosa-Jun en maintenant sa position face à Yamashita qui traînait plus loin.

Bon ben. Elle s’était mise Yamashita, Takahashit, et certainement le vice-directeur sur le dos… Tant pis.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikeda Ai
avatar
Club artistique
Club artistique

Messages : 45
: 8835
Age : 103
Date d'inscription : 09/08/2013
Pseudonyme : gnieh.
Fiche : www.
Carnet de bord : www
Mail : i.am.nobody@kaikomail.jp


What's up!
Statut: Deuxième année
Club: Théâtre

MessageLun 12 Aoû - 21:19
just want to kill myself but nevermind;
Les joies de la colocation. Ai n'avait pas fermé l’œil de la nuit. La faute à une excentrique qui passa toute la nuit à jouer à son putain de jeu, full sound et avec les grognements et cris d'hystérique qui allaient avec. Elle se releva péniblement et quitta son lit dont la douce étreinte paraissait plus séduisante que d'assister à une de ces cérémonies d'entrées aux effets mortellement soporifiques. Elle observa vaguement la silhouette floue se présentant à elle, cause de toute cette agitation insensée, dès le matin qui plus est. La voyant enfin partir, elle poussa un léger soupir de satisfaction. Elle posa machinalement sa main sur sa table de chevet, à la recherche de sa boite de lentilles de contact. Étrangement, elle n'en trouva rien. Il n'y avait là posé qu'un livre lu la veille. Aucune trace de la boite. Un rictus d'horreur se forma sur le visage de la jeune fille. Elle qui était quasi myope, sans ses lentilles de contact, n'était plus rien qu'une simple idiote se cognant toutes les deux secondes à chaque mur qu'elle rencontrait. Lentement, elle s'agenouilla par terre, pour voir si elle n'était pas malencontreusement tombée par terre. Enfin, voir. Façon de parler. Ai ne voyait presque rien. Elle tâta donc le sol pendant plusieurs minutes, avant de se déclarer à elle-même qu'elle les avait officiellement perdues dans cette chambre, pendant la nuit où personne n'aurait pu y rentrer, et où, tout le monde était occupé à ses propres affaires. Génial. Vraiment. Les malheurs s'accumulaient depuis hier, depuis cette fois où elle sauta une marche et failli se casser la gueule avec toute la grâce du monde.

Avec nonchalance, elle s'habilla tout en détaillant du mieux qu'elle le pouvait si le vêtement qu'elle était sur le point de mettre était à l'envers ou non. Enfin, elle abandonna pour la cravate ou le nœud -elle s'en fichait éperdument à vrai dire-, s'occupa des dernières préparations, et en détenant sûrement le record de celui -enfin celle dans son cas- qui avait le plus grand retard, elle sortit enfin de la chambre. Habituée aux couloirs de l'établissement, elle connaissait plus ou moins le chemin menant au gymnase, mais plus d'une fois la demoiselle se cogna à un mur, ou sauta une marche d'un escalier. La marque fortement présente et bleutée sur son front était la preuve de cette malheureuse aventure.

Enfin, elle arriva une vingtaine de minutes plus tard après sa colocataire bruyante à cette cérémonie ennuyante. Elle fit un effort surhumain pour observer les places aux alentours encore libres, et en y trouvant une au dernier rang, elle alla discrètement s'y asseoir, sans manquer de trébucher sur quelque chose dont elle n'arrivait à reconnaître quoi. Elle se releva prestement -mais toujours de façon maladroite. Il semblait que les élèves étaient fascinés par ce qui se passait plus loin. Tant mieux. D'un geste rapide, notre littéraire se dirigea vers sa chaise et se fit silencieuse. Elle ne comprenait rien au déroulement des choses, et semblait avoir manqué une bonne partie de la cérémonie. Ce n'était d'ailleurs pas une si mauvaise chose. Elle ne voyait absolument rien de là où elle était, juste des ombres abstraites en mouvement, mais se demandait tout de même ce qu'il pouvait bien se passer avec ce qu'elle pouvait entendre.

Finalement, son attention fut détourné par un journal. Pas n'importe lequel. The Parrot. Ai aimait lire, c'est donc ainsi qu'elle se retrouva le nez collé contre le magazine, essayant de déchiffrer ce qui semblait y être écrit, à défaut d'avoir l'air totalement débile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageMer 14 Aoû - 9:51
C'est la bérézina, chez les morveux. Question cérémonie foireuse, ils se posaient en expert. Et puis depuis quand on joue à se faire des règlements de compte à ce genre de moment ? Ah il est beau le conseil ! Mais je dois reconnaître ça aux mômes : au moins, ça ne se fait pas à coup d'O.P.A dans laggle, ou avec des rupture de contrats improvisées. Non, eux, ils s'en foutent plein la face cordialement en emmenant les uns les autres dans la merde, mais au moins ils continuent à se supporter ensuite. C'est-y pas mignon, ces chamailleries. Entre le conseil qui se tire dans les pattes et la pauvre môme qui veut juste aller pisser.. On se croirait à la maternelle.

Le bordel ambiant pousse d'autre élèves à n'en avoir rien à foutre non plus, et je me marre en observant les gosses autour de moi. J'éclate même carrément de rire quand une brunette envoie chier tout le monde en disant clairement ce que je pense aussi : on se fait ièche. C'est cool, y a encore des gens qui ont du caractère et ne sont pas trop formaté ! Dans ma jeunesse, je me serais pointé avec uen bière à la main, ou une clope, et j'aurais gueulé avec elle. Comme ça, je serais allé dire coucou à mon poteau le directeur et lui causer un peu pour la rentrée. Mais je ne suis plus jeune. Je suis un adulte, maintenant. Un gars respectable, toussah toussah.

- PUTAIN DE BORDEL ! TARÉE !

Le beuglement de veau ? C'est moi. Un bon gros cri de toutes mes cordes vocales, avec un bon sur ma chaise en prime à cause duquel je manque de m'étaler par terre comme une sous-loque. Furieux de cette foutue note atroce qui vient de résonner, je me retourne vers la foutue morveuse qui en est responsable sur sa foutue guitare. Wazaaa, elle veut nous démonter les oreilles ou quoi ? Avec un regard noir de mauvais augure, je me lève et me dirige cash vers la sale gosse, pour débrancher l'ampli. Puis je prends l'ampli sous le bras et me redresse en la regardant mauvais.

- Toi. Encore un coup comme ça, et ton ampli fini en miettes. Tu pourras toujrous jouer au puzzle avec.

Et de me barrer à ma place, l'ampli toujours sous le bras. Une fois assis, ne sachant pas quoi faire de cette merde encombrante, je le fout par terre et en fait un repose pieds. Ouais. Ça, c'est cool.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
avatar


Messages : 3
: 8300
Age : 38
Date d'inscription : 10/07/2013
Pseudonyme : PNJ


MessageDim 18 Aoû - 16:51
Toute sa vie durant, Satō Tokichiro s'était appliqué à devenir un homme respectable. Dans sa lointaine jeunesse, il avait été un écolier sérieux, puis un étudiant appliqué pour ensuite effectuer une brillante carrière de professeur, sans coup d'éclat mais sans échec marquant non plus. Il avait donné des centaines de cours, toujours soigneusement préparés, vivant une vie paisible et mesurée. Il avait accueilli avec gratitude sa promotion au poste de sous-directeur de l'établissement, continuant à faire de son mieux pour faire honneur à sa qualité de noble fonctionnaire.

Alors POURQUOI?

Comment avait-il pu en arriver là, face à cette foule de jeunes macaques en furie, dont l'hystérie de propageait jusqu'à l'estrade, et même jusqu'au personnel scolaire? OUI MADAME! Jusqu'au personnel scolaire, ces adultes responsables, censés servir de modèles pour que cette jeunesse construise un avenir radieux à la nation! C'était l'anarchie. Terrible, implacable, le chaos allait s'emparer de cette école et la faire basculer définitivement et irrémédiablement dans la folie. Et surtout, cela signifiera une chose: lui-même, Satō Tokichiro, en serait pleinement responsable. Il aurait complètement échoué en tant que pédagogue, en tant que Japonais, en tant qu'adulte. Il ne pouvait pas laisser quelque chose de si honteux se produire. Tels ses vaillants ancêtres, il se lancerait dans la bataille, pour préserver l'honneur et la fierté de son clan, quitte à y laisser sa vie!

Trottinant vers le pupitre à pas feutrés pour ne pas que les étudiants s'agitant à proximité ne remarquent sa présence, il s'empara du micro.


"S'il vous plaît? S'il vous plaît, jeunes gens."

Écoutaient-ils? Il avait su gagner le respect de ses élèves quand il était enseignant. Il devait bien rester un minimum de respect dans cette école.

"Mer... Merci pour votre attention. Vous, euh, pouvez vous diriger vers vos salles de cours à présent. Je n'ai pas encore eu l'occasion de l'évoquer, mais vous... Euh, s'il vous plaît? Écoutez-moi, c'est important. Hum. Oui. Je disais donc, ce n'était pas en place l'année dernière, mais cette année certaines matières sont proposées en option. Vous pouvez vous inscrire dès aujourd'hui, et, euh... Je vous invite vraiment à le faire, parce que c'est très enrichissant. La date de début des options et le nom des professeurs vous seront communiqués au plus vite. En attendant, hum, investissez-vous dans vos études, bien entendu, mais n'oubliez pas vos clubs, la journée de recrutement s'approche à grands pas. Et, euh, encore merci, jeunes gens. Je vous libère. Et surtout, soyez bien respectueux envers vos professeurs et l'ensemble du personnel de l'établissement."

Voilà. Il avait vaincu. Bravant le désordre ambiant, il avait accompli son devoir. Légèrement ému par son acte si héroïque, le sous-directeur s'inclina discrètement, confiant quant à ce que lui réservait l'avenir. Comme ce matin, il saurait faire face.

"Bonne journée, jeunes gens."

/!\ Comme annoncé, vous êtes invités à répondre à ce topic pour signaler l'option que votre personnage va prendre o/  /!\
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





Message
Revenir en haut Aller en bas
 

[EVENT TERMINE] Cérémonie de rentrée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaizoku Kōkō :: Bâtiments annexes :: Gymnase-
Sauter vers: