[Forum RPG/Pensionnat Japonais] Hé, hé ? Tu connais Kaikō, enfin, Kaizoku kōkō ? C'est un lycée à Yokohama, pas loin de la mer. Bon, ok, un lycée normal à la mer quoi. Mais y a les clubs. C'est super les clubs!
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [EVENT TERMINE] Cérémonie de rentrée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
PNJ
avatar


Messages : 3
: 8300
Age : 38
Date d'inscription : 10/07/2013
Pseudonyme : PNJ


MessageMer 10 Juil - 23:05
Contrairement à ses habitudes, Tōma se sentait observé. Était-ce le gymnase blindé de monde? L'annonce de son accession au poste de président du conseil des élèves? Il entrait en troisième et dernière année et personne ne semblait avoir particulièrement pris conscience de son existence jusque là, alors il devait y avoir autre chose. Mais quoi..? Il n'avait pas le temps -ni vraiment l'envie, en fait...- d'y réfléchir parce que justement, en tant que président du conseil il se devait de prononcer un discours pour la cérémonie de rentrée.

Il n'avait rien écouté au discours du directeur adjoint, qui précédait le sien et devait basiquement contenir les mêmes banalités d'usage que chaque année, mais avait assez nettement saisi son nom à la fin. Ravalant un soupir, le jeune homme se leva lentement mais sans hésitation pour se diriger vers l'estrade.

Bon, maintenant qu'il se tenait là, devant le micro, il était clair que tout le monde le regardait. Les nouveaux élèves du moins, parce que les autres, probablement lassés par la redondance de ce genre de rassemblements, semblaient moins attentifs et surtout sensiblement plus bruyants. À commencer par les autres membres du conseil qui, bien qu'assis au premier rang ne se sentaient apparemment pas plus concernés que les autres. Ils ne regardaient même pas dans la bonne direction.


"Mouais...", grogna-t-il instinctivement.

Toute la salle aurait été en mesure de l'entendre, sauf que personne ne l'écoutait. Il haussa un peu la voix.


"Eh. Je parle, là."

Un vague semblant de silence gagna l'assemblée. Ça n'allait pas durer, qui en avait quelque chose à faire? Résigné, Tōma s'éclaircit discrètement la voix et prononça son discours de bienvenue.

/i\ Ce topic étant un event qui a pour vocation de mettre en place la cérémonie de rentrée, tout le monde est fortement invité à y répondre. Il est donc à comprendre que la date rp est le jour de la rentrée au lycée. Les Première année mettent donc pour la première fois les pieds à Kaizoku Kōkō depuis le jour du concours d'entrée -ils arrivent en ces lieux après avoir déposé leurs affaires dans leur chambre-, et les Seconde/Troisième années se retrouvent enfin depuis le début des vacances -eux sont arrivés depuis la veille pour déposer leurs affaires. /!\
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shirogane Jun
avatar
1rst Fonda
- Moe pengin style -

1rst Fonda - Moe pengin style -

Féminin Messages : 429
: 9510
Age : 24
Date d'inscription : 08/07/2013
Pseudonyme : ZokuPengin/Suzu
Fiche : www
Carnet de bord : www
Mail : seven@kaikomail.jp


What's up!
Statut: Deuxième année
Club: Basketball

MessageJeu 11 Juil - 13:12
La cérémonie de rentrée. Cet évènement au nom si spectaculaire pour si peu avait perdu de ses paillettes depuis bien longtemps pour la demoiselle. Il n’a d’intérêt que la première année quand on est là les jambes qui tremblent et l’envie de pisser dans son froc. Et cette étape, Jun l’avait passé depuis une blinde. Enfin, un an quoi. Maintenant, elle était une sempai - pour les nouveaux arrivants du moins. Alors ces grands mots, ils lui passaient sur la tête. Voir même qu’à moitié puisqu’elle était arrivée en retard pour ce jour si extraordinaire. Quelle idée de la faire si tôt cette cérémonie de rentrée. Y a des gens qui dorment à dix heures ! - Bon, Jun a un peu le sommeil difficile –

Entrant toute frétillante de fraîcheur dans ces lieux pleins de gens qui frétillaient tout autant qu’elle mais d’autres choses, Jun repéra rapidement la tête naturellement ébouriffée de son compatriote de chambre et celle de son amour de toujours : Takeda Mayu. Se glissant avec toute l’élégance du monde entre les rangées, la jeune fille écrasa trois-quatres pieds, fut la source de sept grognements et deux injures. Enfin assise entre ses deux amis après avoir contraint à Geki de se décaler d’une place d’un regard assassin, elle soupira victorieusement.

Il dit quoi le géant ?” qu’elle dit, se souciant finalement peu de ce qu’il déblatérait, bien qu’elle le devinait assez, du genre blabla, Kaizoku Kōkō, blabla, clubs, blabla, merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takane Shigeki
avatar
2nd Fonda
- Let's go 川獺! -

2nd Fonda - Let's go 川獺! -

Masculin Messages : 125
: 8870
Date d'inscription : 08/07/2013
Fiche : 高嶺茂樹
Mail : sick-otter@kaikomail.jp


What's up!
Statut: Deuxième année
Club: Baseball

MessageVen 12 Juil - 10:33
Réveiller Shirogane Jun, c'était un peu comme voir des extraterrestres: personne ne sait vraiment comment faire et on se demande même si c'est possible en premier lieu. Alors Takane Shigeki n'avait pas cherché plus loin, il l'avait laissée là pendant que lui se rendait au gymnase, où il était donc présentement assis au premier rang, entre Takahashi Tōma et Takeda Mayu. Le sous-directeur Satō débitait, mot pour mot, le même discours interminable que l'année précédente, à croire qu'il l'avait écrit quand il était entré en fonction, l'avait appris par coeur et n'y avait strictement rien changé depuis.

Il ne savait pas trop si cette cérémonie était particulièrement chiante objectivement ou si elle lui semblait, subjectivement, particulièrement chiante parce que celle de l'année précédente avait été plutôt agitée. Parcourant distraitement l'exemplaire du journal qu'il avait ramassé à l'entrée de la salle, le garçon glissa un coup d'oeil vers Takahashi Tōma. Takane Shigeki manquait un peu de recul pour apprécier l'effet visuel, mais effectivement la tête du président du conseil dépassait singulièrement de l'assemblée. Il s'apprêtait à attirer l'attention de Takeda Mayu pour le lui montrer, mais la chaise de Takahashi Tōma était maintenant vide, celui-ci se tenant sur l'estrade. Merde, ce sera pour plus tard.

Takane Shigeki décida de garder la suite du journal pour plus tard et se retourna pour regarder les autres élèves -il aurait préféré s'installer au fond de la salle mais son statut de membre du conseil des élèves le contraignait au premier rang. Il y avait des gens qui s'agitaient quelques rangées plus loin. Parce que Shirogane Jun était en train de leur marcher dessus. Elle vint ensuite tranquillement s'installer à côté de Takeda Mayu, le catapultant sur le siège de Takahashi Tōma.


"Si tu te figures que j'écoute ce qu'ils racontent...", commença-t-il, laissant sa phrase en suspens, un détail important venant de lui revenir à l'esprit. "Shirogane Jun! Il y a un article sur toi dans le Parrot!"

Joignant le geste à la parole, il lui tendit le papier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ballpenstation.wordpress.com
Takeda Mayu
avatar
Conseil des élèves
Conseil des élèves

Messages : 87
: 8915
Age : 23
Date d'inscription : 09/07/2013
Pseudonyme : Reyna


What's up!
Statut: Deuxième année
Club: Ōendan

MessageVen 12 Juil - 12:46
T'étais prête Mayu, prête depuis 5h du matin, à trépigner d'impatience dans ton lit. C'était la rentrée, le meilleur jour de l'année ! A peine le réveil avait sonné que t'avais sauté de ton lit, foncé dans la salle de bain enfilé ton uniforme et brossé tes cheveux d'un geste énergique. Tu chantais presque ton bonheur d'être enfin de retour. Tu devais être la seule, tu sais, à être à ce point heureuse de rentrer. Faut dire que t'allais enfin revoir Jun et Shigeki, enfin : les vacances c'était beaucoup trop long ! Bon après, t'étais pas aussi heureuse que t'aurais aimé l'être, séparée de Jun tu te retrouvais en territoire inconnue dans la chambre juste à côté de tes deux amis. C'était le drame. Impensable, inimaginable, ATROCE !!!!!! T'avais pleuré jusqu'à ce qu'on te fasse remarquer que, franchement, tu manquais de tenue... C'était qu'une chambre après tout ! Oui. Mais. Voila.
Enfin bref, petit déjeuner rapide, brossage de dent en règle et enfilage de brassard autour de ton bras t'étais partie en direction du gymnase en sautillant.

Bien en place et motivée pour écouter le discours du merveilleux directeur adjoint de l'école, t'avais été rejointe par Shigeki quelques instants après puis par Tôma. Et Jun alors ? Pas besoin de chercher bien loi, elle devait être en train de roupiller bien au fond de son lit, la bave coulant le long de sa bouche.
Et puis le directeur adjoint était arrivé, il avait prononcé son discours habituel, rappelé le règlement et tout le tralalala avant d'appeler Tôma à la barre. Les yeux pleins d'admiration et le cœur battant la chamade t'avais attendu ses mots, fermé les yeux pour mieux visualiser la passion dans ses paroles, sa volonté de tout dans son attitude. Et puis Jun était arrivée.

« Il est pas géant.... pfff vous êtes méchants avec lui le pauvre... et pour le moment il explique juste....Des trucs. Comme toujours, genre.... Discours de base quoi. Et il est pas géant ;; !»


Et oui tu l'admirais ton Tôma, malgré sa taille immense et son air blasé. Il était juste...Cool. Vraiment. Mais....Jun et Shigeki l'étaient encore plus, alors t'avais détournés les yeux de la scène pour te concentrer sur eux.

« Oh... Ils disent quoi sur elle ? Qu'elle est trop cool ? Héhéhéh bien sur qu'elle est trop cool, c'est Jun ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageVen 12 Juil - 16:18
Lorsqu’il fut clair que personne ne l’écoutait de toute façon, il croisa les bras sur le pupitre et considéra d’un air blasé la salle. Il n’aimait pas être au centre de l’attention parce que ça l’empêchait de faire ce qu’il avait envie — et ce qu’il avait envie de faire, présentement, c’était se casser loin d’ici et aller faire la sieste pas discourir des règles de (sur)vie au sein de cet établissement. Vaste programme. Droit devant lui, il regardait Shirogane — cette espèce de délinquante en couche culotte, Takane et Takeda faire à peu près n’importe quoi ce qui, non seulement, le déconcentrait, mais l’agaçait prodigieusement — pourquoi, se demandait-il, avaient-ils le droit de s’amuser quand lui se retrouvait là à faire le pitre devant une bande de gamins décérébrés et indisciplinés, sérieusement ? Il ne savait pas. Ça devait être le karma. Le karma, il l’aimait pas trop.

Il jeta un rapide coup d’œil à la feuille de note qui était scotché sur le pupitre, fit craquer ses doigts avant de se racler la gorge. Tout cela était ridicule et il était hors de question qu’il supporte un instant de plus le vacarme ambiant. Pas de raisons qu’il soit le seul sous les feux de la rampe. Il fallait apprendre un peu aux gens comment ils faisaient payer aux bavards leur langue trop bien pendu.

— Très chers élèves, commença-t-il d’une voix paisible, un sourire aux lèvres. Le discours de Monsieur Satō a été particulièrement édifiant aussi j’ai décidé, avec l’aval du conseil, de vous souhaiter la bienvenue d’une façon qui, je l’espère, vous plaira. Il esquissa un geste de la main qui se voulait théâtral et pointa du doigt ses deux acolytes du conseil. Takeda Mayu et Takane Shigeki vont vous montrer la petite danse d’encouragement qu’ils vous ont préparé pour vous accueillir ici. Il fit une pause, les fixa sans ciller, esquissa un sourire paisible : Montez sur les estrades, tous les deux, allez. C’était bien de cela que vous étiez en train de parler, tous les deux, évidemment ?

Bien sûr, aucune danse d’aucune sorte n’avait été préparée mais l’attention de l’assemblée était à présent braquée sur eux deux et il avait la paix. Il se gratta tranquillement la nuque et attendit que l’un des deux ne se décide à infirmer sa déclaration — ce qui serait mal, on ne mettait pas le Président du conseil en difficulté — ou à se lancer à l’eau en roue libre. Dans tous les cas, cela serait amusant et il aimait beaucoup s’amuser.
Revenir en haut Aller en bas
Koizumi Aoi
avatar
Club culturel
Club culturel

Féminin Messages : 71
: 8240
Age : 20
Date d'inscription : 12/07/2013
Pseudonyme : Miiharu
Fiche : www.
Carnet de bord : www.
Mail : artofillusion@kaikomail.jp


What's up!
Statut: Première année
Club: Etude de la culture pop

MessageDim 14 Juil - 18:37
Et voilà, le grand jour. La cérémonie de rentrée. J'ai du en vivre plus d'une centaine à travers les mangas & animés, mais peu importe. C'était obligatoire pour mon plus grand malheur. Première fois que je revenais à Kaizoku Kōkō depuis que j'avais passé le concours d'entrée. On m'avait assigné à une chambre, la chambre 7 ... le chiffre 7 me poursuivra toute ma vie, je suppose. Arrivée très tôt pour éviter le méchant soleil pour ma propre satisfaction et le bien de mon personnage - et aussi les idiots qui me regarderont bizarrement pour mes cheveux -, je déposai mes affaires dans ma nouvelle chambre pour cette année, et vu qu'il restait un peu de temps, je triais mes derniers mangas, car je ne tris pas mes vêtements, moi. J'ai des priorités. Les vêtements, c'est cet après-midi. Je remarqua tout de même que mon camarade de chambre était déjà arrivé - Tōma qu'il s'appelait -, mais rien à faire en fait.

Je partis donc en direction du gymnase, que je cherchais l'espace d'un instant car franchement, je suis pas habituée - pas encore - au lycée. Je tombai sur un espèce de journal, au passage, que je pris pour l'attente. Je pris une place au hasard et m'assis calmement, feuilletant le journal. Il semblerait que la cérémonie avait déjà commencée pendant que je lisais ce fameux journal, le Parrot. Mais tous les discours sont les mêmes, who cares 'bout that seriously. Je les ai entendu des milliers de fois, c'est bon. J'étais plutôt absorbée par la signature bizarre des articles du Parrot. Si je sais encore lire, si ma malvoyance m'est encore fidèle, alors j'ai bien lu "Densetsu Shoujo A". Me dites pas qu'elle est dans le lycée, je vais en pleurer. Ce serait tellement parfait ... mais aucune chance après tout... Après, on avait D4rk Fl4me M4ster, sympa aussi. Atteint de chuunibyo, mais sympa. Ah, aussi, le président des élèves s'appelait Tōma. Takahashi Tōma. C'est marrant, comme mon camarade de chambre ! ... ... ...
Adieu ma vie de lycéenn- !, attendez non, c'est cliché. Pas de cliché chez moi. Même si je flippe un peu.

Dès que le directeur adjoint annonça le nom de Takahashi Tōma, je sursautai, comme s'il était un esper qui avait lu dans mes pensées. Je me reconcentrai peu à peu sur la cérémonie, étant quand même un peu carrément à l'ouest. C'est donc lui Tōma. Quelque chose .. ne va pas ... chez lui. S'il veut se barrer qu'il se barre. C'est tellement plus facile ...

Quoi qu'il en soit, j'attendais la danse. Il semblait que plus personne ne le regardait ... il avait réussi son coup tiens. N'empêchera pas le fait que je le fixe avec mes beaux yeux rouges. Je te vois. ~

_________________
機械仕掛けの もるでマリオネット 糸は絡み
それでも探す太陽に焦がれ 天に仰ぎ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageMar 16 Juil - 1:23
it's a new dawn, it's a new day, it's a new life

Quelle joie ! Elle allait pouvoir se retrouver dans une équipe de basket très réputée  ! Tout d'abord, il fallait passer la cérémonie de rentrée sans trop se faire remarquer et puis aborder sa vie de lycéenne avec joie et entrain !

L'uniforme ne lui plaît pas, non. Elle a dû mettre un vêtement en-dessous de sa jupe pour pouvoir se présenter à la cérémonie sans avoir l'impression qu'un courant d'air pourrait relever sa jupe à tout instant. Ce n'est pas pratique du tout enfin, si elle tente de sauter il se pourrait que le tissu trop léger se soulève et alors ce serait la perte d'honneur assurée ! Décidément, il va lui falloir faire beaucoup de sacrifices pour sa passion mais elle ne recule devant rien c'est pourquoi elle passe d'un pas décidé la porte du gymnase. Elle est un peu en avance mais beaucoup de personnes sont déjà présentes, attendant le grand moment. En marchant lentement, elle s'émerveille. Le gymnase est merveilleux, immense, dire qu'elle va jouer au basket dans un endroit si chouette ! L'idée la fait sourire doucement.

Elle s'assied sur une chaise. Ayant du mal à tenir en place, elle change de position de jambes mille fois avant que la cérémonie ne commence réellement. Les discours et mots qui résonnent à travers le micro sont inintéressants, elle en soupire en se baissant un peu. Elle ne connaît vraiment personne. En même temps, c'est normal. Les gens de son collège à Tokyo n'auraient aucune raison de venir dans un lycée ici. C'est un peu triste de se dire qu'elle sera plus dans la même équipe mais elle les reverra, ce n'est pas trop grave.

Une nouvelle voix se fait entendre, elle lève les yeux. Qui c'est ce mec ? Et il parle de qui ? Il est bien marrant de nommer ses compagnons du conseil mais leurs noms sont pas marqués sur leurs visages, il doit être un peu idiot ... Mais un mot attire son attention, si bien qu'elle relève la tête d'un air intéressé et amusé, presque aussi enthousiaste qu'à son habitude.

▬ Hu ? Une danse ?
Revenir en haut Aller en bas
Hirashikiyama Shion
avatar
Club sportif
Club sportif

Messages : 57
: 8575
Age : 28
Date d'inscription : 15/07/2013
Pseudonyme : Adraeth
Fiche : Redhead, French, Tsundere, Eyepatched. Badass.
Carnet de bord : You're annoying...
Mail : Mail Time with Shion


What's up!
Statut: Première année
Club: Kendo

MessageMer 17 Juil - 5:52
Shion atteignait dorénavant le lycée. Un choisit par son père, mais dans les fait, elle s'en fichait un peu, ce n'était qu'un détail. Le décor était plutôt correct, et si elle avait vu mieux, elle avait surtout vu bien pire, notamment en France. S'il était bien une chose qu'elle devait reconnaître au Japon, c'était que leur système scolaire était nettement moins merdique, et surtout, les établissements moins minables et envahis de pseudo-racailles et de profs blasés et usés par leur travail, dont les rêves sont aussi lointain que la pose de la première base de la tour Effeil.

Le hic, c'était que tout le monde la regardait, et ça, Shion, ça l'emmerdait profondément. Enfin, pas tout le monde, non, mais il suffisait qu'elle entre dans un champ de vision pour attirer l'attention, apparemment. Et dés lors, vas-y que je fais une remarque sur ses cheveux, et vas-y que je fais une remarque sur sa taille, et vas-y que je me repends en théories. Bordel, elle était ici pour gérer ses études et se barrer, pas pour devenir une espèce d'énigme vivante.
Blasée, la demi-française se posa et écouta le discours. Pas que ça l'intéressait, non, mais puisque c'était sa première année, elle pouvait au moins faire attention cette fois-là. Sans compter que si elle ne tendait qu'une attention réduite, ses légères lacunes en japonais risquaient de la rattraper.
Mais dans le fond, le discours du directeur adjoint était des plus chiants. Probablement une convention internationale, puisque c'était, en gros, aussi peu intéressant qu'en France. Et en plus, certains détails sapaient son attention. Comme cette brunette, pas loin à côté, qui n'arrêtait pas de bouger, de changer de position. Chiante au possible.

Quand le directeur adjoint céda la place au président du conseil des élèves – un concept qui l'avait toujours intriguée, puisque ce genre de chose n'existait pas en France, où elle avait fait la majeure partie de sa scolarité – Shion soupira longuement. D'une part, parce que ça allait encore être passionnant, à n'en pas douter, mais également parce que, apparemment, tout le monde s'en foutait royalement, ou presque. De quoi rallonger cette cérémonie d'un ennui mortel.

Quand le type pu enfin en placer une – bordel, maintenant qu'elle le remarquait, il était grand ! Bien plus qu'elle, un sacré changement par rapport aux autres japonais qu'elle pouvaient voir un peu partout ! – ce fut pour commencer pompeusement. Shion faillit décrocher à ce moment là, quand il décida apparemment de changer la musique. Est-ce qu'il avait parlé de danse ? Nouveau soupire pour la demoiselle. Est-ce que toute sa scolarité ici allait être comme ça ? Voilà qui ne laissait rien présager de bon pour la tranquillité qu'elle espérait vainement...
Et dire que, durant tout le long, elle avait gardé son œil d'un bleu profond fixé intensément sur la personne qui parlait, pour se concentrer sur le discours. Tout ça pour entendre ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nakamura Keisuke
avatar
RESCUE MODO
-Cuistot déjanté-

RESCUE MODO-Cuistot déjanté-

Messages : 116
: 8805
Age : 23
Date d'inscription : 15/07/2013
Pseudonyme : Cha
Fiche : www
Carnet de bord : www
Mail : nakamura.kei@kaikomail.jp


What's up!
Statut: Deuxième année
Club: Cuisine

MessageJeu 18 Juil - 0:26
C’était sa première année à Kaizoku, qu’il avait réussi à intégrer sur concours après son déménagement, il ne sait toujours pas vraiment comment. Il se souvient qu’il était malade comme un chien le jour de ce concours et avait répondu à la moitié des questions à l’aveuglette, les yeux tellement embués par les larmes et le nez tellement pris qu’il arrivait à peine à discerner les cases qu’il devait cocher. Il avait passé la moitié du temps à se moucher, produisant un vacarme du tonnerre qui en réveilla quelques-uns qui s’étaient endormis, et il avait fini par faire un malaise en rentrant chez lui. Autant dire que lorsque le lycée l’avait contacté pour lui dire qu’il avait son concours et était accepté, il était plutôt étonné, voire, il se souvenait à peine de l’avoir passé sur le coup.

Aujourd’hui, Keisuke, en deuxième année de lycée, y avait fait ses premiers pas. Comme il venait juste de débarquer, il faisait partie du lot des premières années qui arrivaient le jour de la rentrée et découvraient leur chambre. Il s’était ramené avec deux-trois bonnes grosses valises ; une valise et demie remplie par ses fringues, draps, et autres objets de toilettes et de la vie quotidienne, et l’autre bourrée de livres de recettes de cuisine. S’il y avait un club de cuisine dans ce lycée, ça ne pourrait que lui être utile. Au pire, il pourrait toujours tenter de frimer en débarquant au club avec, du style « j’ai la bible entre les mains, aimez-moi ».
Traînant difficilement, et bruyamment, ses valises sur le sol du lycée, il avait rampé jusqu’à sa chambre, la numéro 5. Visiblement, elle était déjà occupée, les noms des autres élèves inscrits sur une feuille collée sur la porte. Shirogane Jun et Takane Shigeki. Bof. Jamais entendu parler. Il avait haussé brièvement les épaules avant d’ouvrir la porte, toujours en traînant ses bagages dans un boucan pas possible.
Le blondinet s’était ensuite jeté sur le premier lit vide qu’il avait repéré, y balançant aussi ses deux valises, le faisant brusquement craquer d’un coup sec. Il ne venait pas de le casser… si ? Visiblement les choses avaient l’air de bien commencer dans ce nouveau lycée.

Keisuke avait ensuite jeté un rapide coup d’œil sur sa montre, qui lui indiquait dix heures moins dix. La fameuse cérémonie de rentrée commençait dans dix minutes, autant essayer d’y assister, peut-être y aurait-il des choses plus intéressantes que dans son ancien bahut. Décidant de quitter les lieux pour s’y rendre, il avait vaguement remarqué une forme enroulée sous la couette sur l’un des lits de la chambre, qui avait l’air de roupiller en ronflant aussi fort que possible.

Ayant manqué de se prendre le retour des grandes portes battantes dans le nez – à cause d’un mec à qui on avait visiblement pas appris à tenir les portes aux gens qui passent derrière lui – Keisuke était enfin arrivé au gymnase, qui était déjà pas mal rempli. La population ici avait l’air assez haute en couleur ; entre une nana au loin qui arborait une crinière d’une blancheur anormale – il l’avait vue s’abriter étrangement du soleil en arrivant –, une autre qui refusait d’affirmer sa féminité et tirait constamment la jupe de son uniforme vers le bas, et une étrange rouquine avec un bandage sur l’œil – après tout, le lycée se déclarait être un repaire de pirates… drôle de lubie d’ailleurs – le lot était assez fourni. Surtout qu’il venait s’y rajouter, lui, cette espèce de joyeuse catastrophe ambulante.

Il était allé s’asseoir vers un mur, au niveau d’une rangée qui se situait à peu près au milieu du gymnase, pile l’endroit pour les élèves plutôt neutres comme lui. Il ne raffolait pas des discours de rentrée au point de se mettre dans les premiers rangs, mais ne les détestait pas non plus pour se mettre au fond et ne strictement rien entendre, y avait malgré tout quelques infos intéressantes quelques fois. Ou il pouvait se passer des trucs. Comme maintenant.

Keisuke avait tenté de suivre le discours du directeur adjoint, les jambes et bras croisés, au final d’une oreille assez distraite, le pauvre homme ayant une voix tellement monotone et manquant d’enthousiasme qu’il l’avait presque endormi sur sa chaise. Etait venu le tour du président du conseil des élèves, un grand – très grand, mon dieu ! – gaillard avec un gros brassard tout rouge autour du bras. Flippant le bonhomme, surtout avec un air aussi désabusé, blasé que le sien. Il avait commencé son discours d’une façon à peu près normale, comme le devrait toute personne ayant sa responsabilité. Mais alors qu’il parlait, des bruits de journal qui passait de main en main, accompagnés par des chuchotements pas si chuchotés, avaient retenti vers l’avant de la salle. Le type sur l’estrade avait tiré une drôle de tronche sur le coup avant qu’une étrange lueur fasse son apparition dans ses yeux. Il avait brusquement changé son discours et pointé du doigt les énergumènes sur le devant, probablement ceux qui faisaient tout ce boucan.

Au moment où il évoqua la danse de bienvenue, Kei retrouva un certain intérêt pour la cérémonie, décroisant ses bras et ses jambes. Bien mal lui en a pris. Chanceux comme il est, à peine avait-il décroisé les jambes, qu’il se retrouva étalé par terre, la douleur du choc s’insinuant dans son derrière. Il avait dû s’asseoir sur une de ses saletés de chaises qu’on ne change qu’une fois tous les trente-six du mois et qui, évidemment, bancale, devait être maintenue par un vieux bout de papier journal, mais pas ce jour-là.
Pour couronner le tout, ladite chaise était complètement explosée sur le sol, ce qui lui hurlait presque à la figure « t’as grossi, pauvre type ! », et avait fait un bruit de plastique qui se casse net qui avait résonné dans tout le gymnase.

Pratiquement sûr d’avoir attiré à peu près tous les regards des élèves sur lui – et sûrement quelques biggest facepalm ever – Keisuke se releva, non sans difficultés, grimaçant à cause de la douleur de sa chute. Bon, il n’était pas si haut que ça par rapport au sol, mais son derrière avait pris un sacré coup contre le sol lustré du gymnase, et son coccyx le lançait méchamment. Il épousseta brièvement son uniforme avant de se rasseoir sur la chaise juste à côté, faisant comme si rien ne s’était passé, mais priant pour que celle-ci ne casse pas non plus. Il attendit patiemment que l’autre reprenne son discours, que ses potes montent sur l’estrade faire leur fameuse danse, ou en tout cas que quelque chose se passe pour faire oublier sa chute ridicule.

Bah, il se sera au moins passé quelque chose pendant cette fichue cérémonie.


Dernière édition par Nakamura Keisuke le Lun 5 Aoû - 17:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageJeu 18 Juil - 20:37



Premier jour de ta deuxième année ici. Tu étais arrivée la veille et tu avais installé tout ton barda dans la chambre que l'on t'avait attribuée. Il n'y avait personne, donc tu as pris le temps de choisir le lit le plus au fond de la pièce, juste sous la fenêtre. Et tu t'étais barricadée, t'avais traîné difficilement l'armoire à côté de ton lit pour te couper du reste de la pièce. Ton petit corps maigre arqué contre le bois lourd du meuble. Puis, après t'être reposée, tu avais entreposé tes affaires, vêtements sur les étagères, images d'anges et du Christ collées au-dessus de ton oreiller. Puis, tu glisses une fiole pleine de sel dans la taie de ton édredon. Sait-on jamais. Tu aimerais dormir bien ce soir, vu que tu risques d'être seule dans cette pièce trop grande.
Tu glisses un coup d’œil vers Aya qui semble veiller sur toi, sans rien dire. Puis, tu te couches. Pas faim ce soir.
Ta nuit tu l'as passée à te tourner et te retourner dans ton lit. Il n'y avait rien, mais tu stressais. Stress de la rentrée, de revivre pour une année encore les mêmes merdes de l'an passé. T'as pas envie de te retrouver avec des nanas qui te balancent de l'eau à la figure ou t'enferment dans les toilettes. M'enfin, au moins, là, tu te retrouveras certainement avec des personnes qui n'auront en rien entendu parler de ta sombre réputation. T'as peut-être moyen de te faire des... Ouais non, oublies. T'es trop sinistre.
Bref, t'es arrivée à la cérémonie de rentrée avec une tête de cadavre. T'as quitté ta chambre super tôt pour aller te balader histoire que le frais de l'aube te revigore un peu. Mais du coup, tu n'as pas croisé ton/ta futur(e) locataire. Tu t'en fichais, tu discutais avec Aya et elle te faisait rire. Comme toujours. Bref. Tu t'es pointée tranquillement à la cérémonie, bien avant le début pour t'installer dans un coin, ton Grimoire serré contre ton cœur. Tu avais bien pris soin de laisser la chaise la plus proche du mur libre pour Aya. Elle n'aimait pas que tu oublies sa place. Et elle te le faisait sentir.

Tu observais le manège des élèves. Tu reconnais quelques têtes que tu as aperçu les années passées, t'en vois pleins de nouvelles. Tu suis les membres du conseil des yeux que tu sais avoir déjà vus et sans doute rencontrés l'an passé. T'as aperçu une fille avec des cheveux blanc aussi et d'autres personnes assez atypiques. Tu levais les yeux au ciel, -enfin au plafond-, et tu te disais que finalement, ce serait pareil tous les ans. Un défilé incessant de personnes au premier abord atypiques, mais qui se fondaient dans la masse quelques temps plus tard.
Enfin le discours commença. Tu l'écoutais d'une oreille distraite, attendant que le Président du Conseil des Élèves discoure à son tour et que cette cérémonie d'un ennui mortel se termine. Tu avais relu quelques passages soigneusement écrits dans ton Grimoire quand tu entendis parler d'une danse. Pour le coup, tu levas la tête tout de suite. Tu souris. Pour une fois que ce n'était pas toi que l'on ridiculisait. Bien que loin de l'estrade, tu pouvais voir que les deux désignés n'avaient pas trop l'air au courant de la chose. Tu refermes ton bouquin, mais tu sursautes violemment. Un bruit de plastique éclaté avait retenti dans tout le gymnase. Bordel de djeuzqiohueth. T'as cru que ton cœur avait lâché. Mais en regardant dans la direction d'où venait le bruit, tu compris et tu murmuras pour toi et pour Aya « Encore une de leurs blagues... ». Il était clair que les fantômes de ce lycée aimaient les farces et les élèves étaient leurs plus parfaites victimes. Vous verriez la tête qu'ils tirent tous en général. Tu étais désolée pour le garçon, mais tu ne pouvais t'empêcher de sourire. Tu irais lui donner un peu de sel tout à l'heure, histoire que l'on ne l'approche pas de sitôt.
Tu imprimais son visage dans ton esprit, puis tu regardais les deux gus monter aux côtés du Président. Tu redressais ton dos et posais tes mains sur tes genoux, ton livre contre ton ventre. Ça promettait d'être amusant.


Revenir en haut Aller en bas
Takeda Mayu
avatar
Conseil des élèves
Conseil des élèves

Messages : 87
: 8915
Age : 23
Date d'inscription : 09/07/2013
Pseudonyme : Reyna


What's up!
Statut: Deuxième année
Club: Ōendan

MessageJeu 18 Juil - 21:06
T'étais entrain de discuter tranquillement avec tes deux potes quand la voix de Tôma s'était faite plus forte. T'avais levée la tête sursautant en entendant ton prénom et celui de Shigeki....Hm. Pardon ? Tu reste la, un instant, la bouche grande ouverte à fixer ce président si cher à ton cœur, essayant de comprendre ce qu'il vient de dire. Rire nerveux tu te retourne vers tes deux comparses et soupire.

« Une danse, une danse.... On m'a pas prévenu moi, sinon j'aurais mis un truc plus classe »

Mais qu'importe, on te défie Mayu, on se demande si tu osera ou non venir danser sur la scène, sans rien, aucune préparation, te ridiculiser devant toute l'assemblée, toi la miss parfaite que tous les professeurs admirent. Ou presque. Respire un peu, un, deux, trois. Ok c'est parti, on a qu'à faire ça à l'ancien style.

« Pfff heureusement quand même que j'ai toujours mes éventails sur moi au cas où faudrait encourager Jun !! Tiens Shigeki ! Et, suis moi j'ai une idée, le Président va pas s'en sortir comme ça. »


Deux éventails décoré avec le drapeau japonais, t'en es fière Mayu, tu les as fais toi même pour mieux pouvoir soutenir ta meilleure amie.
Grand sourire et pas assuré tu monte sur l'estrade, fais une jolie révérence à l'assemblée Mayu, montre à quel point cous êtes classieux au conseil, à quel point les élèves doivent avoir confiance en vous.

« Bonjour à tous, je suis Takeda Mayu et bien que je ne sois que la secrétaire du Conseil, j'ai pensé avec Takane Shigeki ici présent, que nous pourrions vous montrer à quel point nous nous investissons pour l'établissement. Cette danse n'est peut être pas parfaite, mais j'espère qu'elle vous transmettra toute la joie et la bonne humeur que nous ressentons chaque jour qui passe dans cet établissement. »

Petit tour sur toi même et deuxième révérence. Tu te rapproche de Tôma un peu plus, t'as beau l'admirer ton président, faut parfois savoir s'amuser et se venger dans la vie !

« Oh et bien sur, c'est Takahashi-senpa qui a aimablement proposé de faire l'accompagnement musical vu qu'il ne souhaitait pas prendre part à la danse »

_________________

avatar par dauphin à paillettes <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Satō Ayumu
avatar
Club artistique
Club artistique

Masculin Messages : 44
: 8685
Age : 22
Date d'inscription : 13/07/2013
Pseudonyme : Estrel
Fiche : www
Carnet de bord : www
Mail : sato.ayu@kaikomail.jp


What's up!
Statut: Deuxième année
Club: Théâtre

MessageVen 19 Juil - 8:00
Got put a smile on your face.

Ayumu fit une moue mécontente et à la fois terriblement adorable (si je puis dire) lorsque quelqu'un de particulièrement énervant lui cogna légèrement le bras. Plus précisément au moment même ou ce pauvre sous-directeur prit la parole. Tout ça pour lui faire comprendre que c'était son « père » qui était au micro, si c'était pas génial. Le garçon aux cheveux ébouriffés aurait bien voulu lui ficher une torgnole pour une blague de si mauvais goût et trop de fois répétée que ça n'en était plus drôle, mais son caractère trop gentil et passif prit le dessus, et il se contenta de hausser les épaules d'un air las.

Il était plutôt de mauvais poil. C'était en partie dû à Mayu qui s'était levée de bonne heure et, comme lui se trouvait dans la même chambre, il avait été réveillé par la jeune fille. Il ne lui en voulait pas, mais il avait l'air d'un mort une fois mal réveillé et sa chevelure folle n'arrangeait rien, tirant des sourires moqueurs à certains habitués, effrayant par contre les nouveaux arrivants qui le prenaient facilement pour le mec sombre, mystérieux et intimidant. Ils seraient surpris de comprendre que la vérité était toute autre. Et qu'est-ce qu'ils racontaient encore ? Ils étaient censés faire une cérémonie de rentrée, pas les plonger dans le coma.

Ayu bâilla, une main devant la bouche et refusant d’émettre ne serait-ce qu'un seul mot, n'ayant aucune envie de subir des moqueries dès le premier jour, tout ça à cause de son fichu accent de Britannique qui venait d'apprendre le japonais. Il se contenta juste d'écouter ce qui se passait et d'observer Mayu qui... il ne comprit pas trop ce qu'elle faisait sur l'estrade avec ses drapeaux. Elle tournait et... ah bon, elle dansait. Il faut dire que les informations avaient un peu de mal à atteindre son cerveau et il était en mode deux de tension.

▬ Vas-y, Takeda-san. qu'il dit d'une voix endormie et avec son accent terrible, faisant pouffer ses voisins.
Ah, c'était plus par automatisme qu'il l'encourageait. Et dire qu'il ne voulait rien dire. Mayu avait intérêt à assurer.

_________________


Dernière édition par Satō Ayumu le Lun 29 Juil - 13:10, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageVen 19 Juil - 18:09

Une chambre rien que pour elle, du moins pour l'instant. Notre professeur de sciences sociales dormait paisiblement jusqu'à ce que son réveil sonne. Elle ouvrit doucement ses yeux et s'étira. Aujourd'hui était un jour important: La rentrée des classes. Elle regarda en direction de son réveil et vit l'heure.

- "10h... Mais. Mais ! C'est l'heure où ça devait commencé, nan? Si? Je peux pas être en retard ! Pas moi, un professeur en plus, nan je vais pleurer..."

C'est ça de s'endormir tard. La jeune femme avait passé son temps à choisir une tenue convenable. A la fin elle avait décidé de porter une robe légère couleur chocolat avec des minis talons. Et quand elle devait mettre à l'heure son réveil, elle s'endormait déjà à moitié.

Pas le temps de pleurer ! Elle sauta de son lit et prit ses vêtements qu'elle avait soigneusement préparé la veille. Tant pis pour le petit déj', elle ira le ventre vide. Le temps de se préparer, les minutes s'écoulèrent et quand elle était enfin prête il était 10h20. Ses cheveux roux coiffés en harmonie avec la couleur chocolat de sa robe qui tombait juste un peu au-dessus du genou, ses minis talons de la même couleur et son sac à main assez grand où elle avait mis son portable et ses affaires pour travailler, elle sortit en courant pour rejoindre le gymnase.

Encore heureux elle savait où cela se trouvait vu son sens de l'orientation quasi inexistant, elle pourrait se perdre dans le lycée. Quand elle fut enfin arrivée 10 minutes après, elle entra discrètement par la porte principale. L'assemblée était rempli d'élèves de toutes années. Apparemment, elle avait loupé les fameux discours du gérant et du président ou vice-président du conseil des élèves, aller savoir elle ne connaissait pas tous les élèves.

Bref, sur scène elle aperçut des membres du conseil des élèves vu leurs brassards. Mais... Pourquoi ils dansent? Enfin une jolie demoiselle tournée sur elle même. C'est un spectacle? C'était prévu? Elle préférait rester dans son coin et admirait le spectacle de loin. De toute façon quand son regard parcourait le vaste espace, elle ne vit aucuns de ses collègues. Bah, de toute façon, elle leurs parle jamais à par pour le travail et là, à par discuter des classes qu'ils allaient avoir ou du fait que les élèves sont toujours bruyants. Elle ne voyait pas l'intérêt.

Revenir en haut Aller en bas
Takane Shigeki
avatar
2nd Fonda
- Let's go 川獺! -

2nd Fonda - Let's go 川獺! -

Masculin Messages : 125
: 8870
Date d'inscription : 08/07/2013
Fiche : 高嶺茂樹
Mail : sick-otter@kaikomail.jp


What's up!
Statut: Deuxième année
Club: Baseball

MessageVen 19 Juil - 19:10
Ce n'était pas qu'il le trouvait ennuyeux, mais Takahashi Tōma, il le voyait à peu près tous les jours, l'entendait parler à peu près tous les jours aussi, alors très franchement, son discours de début d'année qui relevait surtout de la formalité administrative et s'adressait en particulier aux nouveaux élèves -ce qu'il n'était pas lui-même, bien entendu-, Takane Shigeki n'en avait pas grand chose à faire, pour ne pas dire qu'il n'en avait carrément rien à foutre. Même Takeda Mayu, qui buvait habituellement la moindre parole du président du conseil -et ce même s'il disait un truc sans aucune sorte d'intérêt, du style 'Tiens, j'ai l'oreille droite qui me démange aujourd'hui.'- n'avait pas levé les yeux quand celui-ci s'était présenté sur l'estrade.

À propos des nouveaux élèves visés par le discours, ils ne semblaient pas beaucoup plus passionnés, à en juger par le vacarme diffus dans lequel la salle tout entière était plongée. Il y avait même un type qui se cassait la gueule de sa chaise. Il s'était endormi? Takane Shigeki aurait bien feuilleté la suite du journal de l'école, mais le papier était à présent entre les mains de Shirogane Jun qui d'ailleurs ne le lisait même pas alors que, comme il le lui avait dit, il y avait un article sur elle dedans. Il avait omis de préciser que ce n'était pas très élogieux, mais chacun savait à quoi s'en tenir avec le Parrot. C'est alors qu'il croisa furtivement le regard effaré de Takeda Mayu, qui semblait réagir à ce qui se disait sur l'estrade. Takahashi Tōma, manifestement légèrement agacé -en tout cas, il avait les sourcils froncés et on distinguait assez clairement une veine saillante au coin de son front- les invitait à effectuer une 'danse de bienvenue', qui n'était évidemment absolument pas prévue au programme.

Il n'eut pas le temps de réagir qu'il se retrouva avec un éventail décoré entre les mains -plutôt patriotique l'éventail, typique du club d'Ōendan. Pas plus démonté que ça, il suivit Takeda Mayu qui grimpait avec assurance les quelques marches menant à la scène pour prendre le micro.


"Oh et bien sur, c'est Takahashi-senpai qui a aimablement proposé de faire l'accompagnement musical vu qu'il ne souhaitait pas prendre part à la danse", conclut-elle avec un sourire en direction du président.

Ça c'était de l'idée; Takahashi Tōma n'était assurément pas très inspiré pour le discours, autant qu'il fasse quelque chose de sa voix. Pendant que ce dernier s'étranglait, Takane Shigeki s'approcha du pupitre pour prononcer quelques mots.


"Bonjour, je m'appelle Takane Shigeki, et quel que soit votre club j'y ferai bientôt un tour. C'est Takeda Mayu qui va diriger la danse, alors admirez le talent du club d'Ōendan. Si les encouragements vous branchent pas trop, on a aussi un club de danse."

Et quand il squattait lesdits clubs d'Ōendan et de danse, il regardait ce que faisaient les gens et essayait de suivre. Il n'avait qu'à faire pareil cette fois. Et puis, avoir l'air con faisait partie de ses loisirs les plus récurrents: il s'appliquait à porter le slip officiel de l'équipe des Dolphins à chaque fois qu'il rendait visite au club de natation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ballpenstation.wordpress.com
Invité

Invité



MessageVen 19 Juil - 19:21
Assise sur une chaise moyennement confortable, les jambes et les bras croisés, Ayame écoutait d’une oreille plus ou moins distraite le discours cérémonieux du directeur adjoint. Toujours le même baratin. L’an dernier elle l’avait écouté avec attention, mais cette fois, elle se retenait tout juste de bailler. A ses yeux, la nuit avait été trop courte. Arrivée la veille en train, le trajet l’avait complétement épuisée. Si bien qu’une fois à l’internat et les bagages transportées jusqu’à sa chambre, elle les avait casées dans un coin, était allée dînée après quelques retrouvailles rapides et s’était littéralement laissée tomber sur son lit après une bonne douche. A peine sous les draps qu’elle dormait déjà à point fermé. Le lendemain, elle avait été réveillée par son téléphone. Une fois debout, elle avait remarqué qu’il y avait les affaires de quelqu’un d’autre. Un colocataire arrivé après elle hier, ou ce matin. Bref, elle était fatiguée.

Entre deux phrases prononcées, ses yeux vagabondaient dans le gymnase. Quelques têtes connues ici, d’autres par là. Puis le monologue du principal adjoint prit fin et un jeune homme prit sa place. Elle le connaissait, un peu, de nom et de vue en tout cas.  C’était le gars plutôt grand là, qui faisait du Kendo et qu’elle voyait régulièrement au Dojo quand elle y passait.  Et il lui semblait avoir lu son nom quelque part dernièrement. Les idées embués, elle préféra attendre qu’il dise trois quatre trucs, peut-être que ça lui reviendrait. Enfin, elle l’écouta rapidement et arqua un sourcil quand il invita les autres membres du Conseil des élèves à venir faire une petite danse de bienvenue... Ah bon ? C’était nouveau ça ? D’une certaine façon ça pouvait paraitre logique connaissant la rouquine qui appartenait au club d'Oendan. Quoiqu’elle semblait assez surprise. Quant à l’autre, bah, à voir ce que ça allait donner. En attendant leur ascension sur la scène Ayame continuait de chercher où elle avait vu le nom du président du conseil. Avant de rentrer chez elle le mois dernier ? Non elle n’en avait pas l’impression. Alors qu’elle se triturait les méninges avec un visage impassible, elle entendit un bruit violent provenant de la rangée de derrière. Par réflexe, elle jeta un coup d’œil surpris au-dessus de son épaule et aperçut un blondinet assis sur le sol sous les yeux écarquillés de ses voisins. Comment avait-il fait pour exploser la chaise ? Encore un doué tiens ! Voyant qu’il était capable de se relever, elle se retourna vers l’estrade avec un soupire.

Takeda et Takane étaient debout sous les regards curieux des élèves, visiblement prêts à faire leur show. Voilà qui allait être distrayant, elle avait hâte de voir ça. Une chose était sûre en tout cas, la secrétaire du Conseil émettait une certaine énergie. Puis elle demanda au grand brun de les accompagner, musicalement parlant. Takahashi… Takahashi… Takahashi… Eeeeh ? Ayame ouvrit grand les yeux et se souvint d’un coup qu’elle avait lu son nom sur la porte de sa chambre. La bouche entrouverte elle prononça un simple « Mais c’est mon coloc ! » assez fort pour qu’on l’entende autour d'elle mais pas assez pour attirer l’attention de l’assemblée. Bon, eh bien, voyons voir les talents musicaux de son colocataire. Qui paraissait fort ravi au passage... En attendant Takane se présenta et fit un peu de pub pour les clubs... où alors il prévenait juste les nouveaux arrivants de ses potentielles visites surprises. Qu'ils soient mis dans le bain tout de suite. Elle allait encore le voir débarquer à l'improviste à la piscine, tenue mise à part ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSam 20 Juil - 21:05
La situation était en train de salement dégénérer. Il avait observé les éventails de Mayu d’un air salement défaitiste avant de soupirer puissamment. Il lui en foutrait de l’accompagnement musical à celle-là.  Il lui en foutrait, ouais. En attendant, cependant, il était coincé, et pas qu’un peu : il ne pouvait refuser au risque que des gens le regarde à nouveau mais, s’il acceptait, il prenait le risque d’être vu tout autant. Un sérieux dilemme, que voilà. Plongé dans ses pensées afin de reculer l’inévitable, il fixa d’un air absent le tabouret posé un peu plus loin.

C’était, somme toute, un charmant tabouret, s’extasia-t-il un instant. Monté sur trois pieds pour un meilleur équilibre, il semblait être destiné à ne plus jamais bouger du coin d’estrade qu’on lui avait attribué. Même vide, il avait une certaine allure, ce tabouret. Rien à voir avec ceux de la cuisine de ses parents. De ce que pouvait en voir Tōma de là où il était, le tabouret en question semblait être fait de merisier. D’une teinte sombre, il pouvait entrapercevoir sous les couches de vernis les nœuds du bois qui s’enroulaient sur eux-mêmes avec grâce. Non, définitivement, rien à voir avec les tabourets en plastique de la cuisine de ses parents. Il aurait tout donné pour s’asseoir dessus plutôt que d’avoir à faire de la musique pour ces clampins. Tout, pas moins.

Avec un soupir résigné, il s’arracha de sa contemplation et tendit la main pour rattraper le micro.

— Eh bien, très chers élèves, comme je suis d’une générosité sans borne, je vais demander à Koizumi Aoi, Miyamoto Ayame — il avait vu leurs noms sur la porte de sa chambre le matin même — ainsi qu’au garçon qui est tombé de sa chaise dieu seul sait comment de nous rejoindre sur scène pour prendre part aux festivités et faire les chœurs, les percussions, ou que sais-je. Et ne faites pas cette tête, c’est bon pour l’intégration. Allez, exécution.

Takahashi avait toujours été particulièrement doué pour détourner l’attention de lui en reportant toute l’attention sur les autres. C’était quelque chose qu’il faisait bien, qu’il aimait faire et qui lui était plutôt utile dans la vie de tous les jours. Dans le cas présent, son choix de personne n’était pas spécialement désintéressé : en faisant monter ces gens sur scène, il pouvait plus facilement se noyer dans la masse — même avec, allez, deux têtes de plus que la moyenne — et il imprimait, en plus, dans la tête des autres élèves la tête des trois bouffons qui avaient participé au ridicule spectacle du discours de début d’année. Tout bénef’.

Il esquissa un petit geste vers Shigeki et Mayu pour leur intimer d’attendre et reprit d’une voix patiente :

— Eh  bien, nous vous attendons, pressez-vous.
Revenir en haut Aller en bas
Shirogane Jun
avatar
1rst Fonda
- Moe pengin style -

1rst Fonda - Moe pengin style -

Féminin Messages : 429
: 9510
Age : 24
Date d'inscription : 08/07/2013
Pseudonyme : ZokuPengin/Suzu
Fiche : www
Carnet de bord : www
Mail : seven@kaikomail.jp


What's up!
Statut: Deuxième année
Club: Basketball

MessageSam 20 Juil - 22:01
Jun, elle était pas toute réveillée. Alors elle serait bien allée se rouler sur Mayu pour piquer un somme. Sauf que Geki, il en avait décidé autrement et il lui avait fourré un papier dans les mains. En faite, c’était le Parrot. Le Parrot, c’est ce journal qui des fois il apparaît partout, et il raconte des trucs. Des trucs qui font jaser. Qu’est-ce qu’ils pouvaient encore raconter comme connerie ? En tout cas, Mayu elle était vraiment adorable à la voir telle une vedette. Mais y avait ce Tōma. Ce Tōma qui s’infiltrait dans leur amour, entre Mayu et elle. Ce géant de trois mètres qui te regarde avec mépris, qui vous cherche sous ses semelles quand il ne se fout pas de vous, qui essaye de vous souffler dessus pour voir si vous ne vous envolez pas. C’est bon, elle l’avait compris qu’elle était pas bien grande. Sinon elle saurait dunker ! Sale trou qui finira chauve!

En plus, il foutait encore son merdier.

Il fallait dire, il fallait être aveugle, complètement crétin pour pas s’en rendre compte, cette cérémonie de rentrée tournait à la grosse fiesta improvisée. Le conseil des élèves avait pété un plomb, et un gros même. Eh beh, ce président géant, il avait de l’humour quand même, mais bon, voilà. Mayu elle allait danser.

Comme un père fière de sa fille, ou un amoureux transit, Jun admirait sa Mayu monter sur l’estrade accompagné de Geki -whou, il avait abusé sur les sandwichs au yakisoba. Mayu, t’étais prête, t’étais toujours prête. Tu peux le faire ! Respire ! se disait Jun qui applaudissait, les yeux resplendissants pour sa belle pendant qu’un débile tombait de sa chaise. Et puis, comme si ça ne suffisait pas, Tōma fit monter des random gens sur la scène pour l’accompagnement musical. Encore une improvisation qui allait perturber Mayu. Lui lançant un regard bienveillant, elle lui montra ses poings serrés comme pour l’encourager.

Attendant que ces inconnus se manifestent, elle se souvint du Parrot. Il disait quoi sur elle ? Hein ? Une brutasse ? QUOI ? Mais ? Lançant un rayon laser à Geki, n’osant pas parler à cause de ce qui se préparait, elle lui fit comprendre son mécontentement avec de grands signes qui voulait dire : “C’EST QUOI CE BORDEL ? MOI ? UNE BRUTASSE ? N’IMPORTE QUOII ?!!! FRAPPE FRAPPE” Oui, elle avait shooté dans les sièges parce que ça l’avait énervé. Et maintenant elle boudait en attendant pouvoir gueuler un coup en vrai. Bah oui, elle était comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chinami Kuro
avatar
Club culturel
Club culturel

Messages : 53
: 8885
Age : 23
Date d'inscription : 20/07/2013
Pseudonyme : Kyujuu
Fiche : ???
Carnet de bord : LIP
Mail : kuro-hime@kaikomail.jp


MessageDim 21 Juil - 17:39
Lycée… C’est… Non ça sonne tellement cool ! Tout Main Character se doit d’être lycéen ! Ma vie sera illimité à partir de maintenant ! Pas besoin de cacher ses hobbies ! Un club ! Un CLUB ! Vivement le moment où je pourrais parler librement de mes passions avec tous ces gens !

On va commencer comme tout bon lycéen par assister à la cérémonie de rentrée, hop portable éteint, cheveux parfait, uniforme, droit et mes affaires ont été déposés bien à l’avance dans la chambre… 1 Simple de s’en rappeler, tout est prêt. 9h… Une heure d’avance ? Faisons le tour du lycée pour explorer. J’irai prendre place une demi-heure en avance…

Je pris donc place dans la salle de la cérémonie, assise parfaitement confortablement, droite et avec impatience attendit la fin de l'attente. Quand la cérémonie commença, j’écoutais avec attention ce qui était dit, même si c’était en grande parties des rappels simples et qui était du bon sens, ceci tout en observant ce que je pouvais en restant droite. Les élèves paraissent normaux… cheveux noirs, bruns… roux ? Des étrangers ? Un cache œil… La pauvre… Et celle-là… c’est une élève ? Cheveux blanc… ? J’espère qu’elle n’a pas de problème, la pauvre… Le discours se finit ? Il était très bon. Si je me souviens bien cette personne est donc directeur adjoint… Je dois mémoriser ça ainsi que les autres personnes importantes.

Puis un certain Takahashi-san commença son discours. Qu’il est grand…
« Ooh… »
Oups ! Je dois faire attention à mémoriser ce qui est important ! Donc le directeur adjoint est monsieur Sato… Et Takahashi-san est le président du conseil. Je m’en rappellerais ! Et donc puisqu’il les annonces… Takeda Mayu et Takane Shigeki sont… Des danseurs ????? C’est choquant, mais amusant ! C’est vraiment presque irréel, j’ai vraiment l’impression d’être le personnage principale de mon histoire ! Il manquerait plus que je sois spéciale.
« Hihi »
Ricanant à voix basse je me demande où sont-ils... Et donc où sont ces danseurs ? Suivant le bras de Takahashi-san et les regards de tous j’observe donc les 2 danseurs se lever. Donc une fille aux cheveux roux et garçon aux cheveux noirs. Mayu est certainement la fille, donc Takeda-san et l’autre doit donc être Takane-san. Donc Takeda-san est effectivement Takeda-san, mais elle est la secrétaire du conseil ? Donc Takane-san est aussi dans le conseil ?

Je ne comprends plus rien… Quelqu’un est tombé dans l’audience… J’espère qu’il n’est pas blessé… Mais en tout cas c’était animé… Si on était dans un anime le conseil étudiant serait les personnages principaux, ou alors peut-être celui qui est tombé ? J’étais admirative ! Ils font donc un trio musical ou quelque chose comme ça ! Ils en appellent d’autres ? Koizumi-san et Minamoto-san… font-ils aussi parti du conseil ? Celui qui est tombé aussi ? C’est de l’improvisation ?

Depuis le début ? Mais… Sato-san est le directeur adjoint, Takahashi-san est le président du conseil, Takeda-san est la secrétaire du conseil, mais qui sont tous les autres ! Takane-san, Koizumi-san, Minamoto-san et euh… Celui qui est tombé-san ?
« J’y comprends plus rien ! »
Dis-je à haute voix tout en me frottant la tête avec mes 2 mains pour essayer de me remettre les idées en places. Je me calmais en me disant de rester à ma place et en espérant que je n’ai pas été remarqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageMar 23 Juil - 20:25
- Aho de motherfucking touriste !

C'est beau, ce genre de phrase, pas vrai ? Un vrai cri du coeur. Mais pas sans raison. J'étais dans les temps, à me battre avec cette motherfucking circulation. J'avais pécho un endroit pour me garer peinard, juste le temps de me racheter des clopes avant de filer a bahut pour leur foutue cérémonie. Un grand bordel pour pas grand chose si vous voulez mon avis : à quoi bon faire ce genre de trucs, puisque de toute façon la plupart des élèves n'en ont rien à cirer. Sérieusement, qui s'en soucie, de fêter ce genre d'évènement. Cool, c'est la rentrée, et alors ? c'est pas deux tours de passe passe et de la bouffe qui va faire que les nouveaux se sentiront intégré et encore mieux que chez mamoune.  .. Je dévie, là, non ? Osef, on s'en fout. Donc. La fête.. Euh. Ouais ! Bref, je prends mes clopes, je ressors.. Et là. Un touriste, plus touriste tu meurs. Ze big stéréotype. Et qu'il me demande mon chemin, veut que je précise, pige pas quand je réponds.. Lourd. L'heure tourne, il me lâche pas la grappe. Forcément, j'en ai ma claque.

Finalement j'arrive à m'en débarrasser, mais le mal est fait : je suis à la méga bourre ! J'ai beau tracer comme un taré, ranafout' : quand j'arrive enfin, leur truc a déjà commencé. Je le sais, j'entend les voix de l'autre côté de la porte. Avec un big soupir, je me résigne finalement. Poussant la porte discrètement, je risque la tête dedans. Urk. Y a du monde. Un élève ou deux tourne la tête vers moi.. Grillé. Bon, bah tant qu'à se faire rodave.. Comme dirait ma mère : "tiens toi droit, rentre le ventre et serre les fesses !". D'un air nonchalant comme si c'était normal que j'arrive après tout le monde, je me cale vers un groupe d'élèves sans trop chercher à comprendre. La flemme d'aller jusqu'au coin des profs, sérieux. Et c'est posté là, les mains dans les poches, que je le vois. Il m'a sauté aux yeux tout de suite, pensez bien.

Un peu pâlot, ce n'est pas le genre à sauter tout de suite au regard. Allez savoir pourquoi moi je l'ai remarqué. Et c'est assez.. Bizarre de tomber dessus comme ça. Comme si c'était une sorte de révélation alors que.. Non quoi. Pas pour ça. Tout rond, tout mignon, j'ai eu l'impression qu'il s'était fait beau pour le discours et qu'il se tendait vers le haut pour mieux voir. Quelques cheveux négligents sur le front donnent l'impression qu'il s'amuse à cache cache pour défier quiconque de vraiment le voir. Hehe. Avec moi, ça ne marche pas : j'ai l'oeil. Et même si j'en ai vu de pire, ce bouton là avait un côté parfait et fascinant. Pour vous situer, il est sur le front d'une rousse que je ne connais pas, avec un cache-oeil. Là, c'est probablement un bouton d'acné, à le voir blafard et rouge à la fois. C'est presque joli, comme une déco qu'elle se serait mise pour faire un peu plus anti-conformiste. Je sais pas si c'est ça, je ne la connais pas. Mais en tout cas, il est bel et bien là, bien planté sur le front et l'air tellement motivé par le discours qu'il semble se tendre en avant pour mieux écouter. .. Pas comme sa porteuse, qui a l'air de royalement se faire chier.

Et moi aussi, je me fais chier, d'ailleurs. Leur petite danse, toussah, qu'est-ce que je m'en moque. Après avoir détaillé le furoncle acnéïque, mon regard glisse vers la pièce, les gens, le décor. Une poignée de porte attire mon regard à son tour, pleine de courbe et de douceur. Ça fait presque une invitation à la saisir. Vous voulez que je vous la décrive ? Bien sûr que non, pas plus que je n'ai envie d'être là. Qu'on en finisse et vite.

C'est beau, la conscience professionnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageDim 28 Juil - 16:46




J’étais trop à la bourre. Comme chaque année, enfait. Haha, c’est triste. Mais que voulez-vous ? Je n’avais pas choisi le club d’athlétisme pour cette bonne raison, entre autres : je déteste courir.
Bon, en vrai, j’en avais rien à taper de cette cérémonie.

C’est vrai quoi. Troisième fois que je la vois. Youhou, fête du slip. Qu’est ce qu’ils vont bien pouvoir raconter encore ? Non mais à quoi ça sert que je me casse le cul à venir à cette cérémonie en fait ? Il n’y aura absolument rien de nouveau. Ah, si, le nouveau président du conseil. Youhou, je m’en fous.

Bon, je suis tout de même capitaine de mon club, je me dois de montrer l’exemple. Essayer, au moins. Sait-on jamais, si quelqu’un me regarde pendant que j’suis en train de me curer le nez en écoutant d’une oreille distraite le discours de bienvenue, ça ne le fait pas trop.

« Hoy Katayama ! Tu devrais aller à la cérémonie en slip, ça t’irait beaucoup mieux ! »

Un glandu qui s’élève au loin. Ma poker face en seule réponse face à cette répartie défiant tout ce que j’ai pu entendre jusqu’ici. Je suis habitué aux petites remarques sur mon slip et j’emmerde bien les gens.

Ah, merde, j’ai loupé son discours. Je tente de me glisser discrètement entre les chaises jusqu’à en trouver une, peu soucieux de mon entourage, et je scrute la scène où Toma vient juste de rendre son micro et…Takeda et le nabot aux cheveux noirs du conseil des élèves vont danser sur scène. Pendant un bref moment je me suis demandé si je n’étais tombé dans une phase spatio-temporelle mais finalement je m’avoue vaincu et un jingle du « TOUT EST NORMAL » passe dans ma tête. Après tout, Takeda est au club Oendan.

J’ai limite envie de me foutre de la gueule des pauvres victimes désignées dans les rangs pour faire les percussions sur scène. Sans doute afin que les membres du conseil des élèves se sentent un peu moins seuls.

Alors je fixe mon regard sur Takeda. C’est de loin la plus intéressante et la plus gracieuse, de toute manière.


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageDim 28 Juil - 20:03
WAKE UP CALL
La tête du troisième année emblématique du club de natation dodelinait sur son socle (aka son cou) depuis le début de la cérémonie. Droite, gauche, devant, derrière... on avait vu un de ses voisins s'amuser comme dans le jeu de la bouteille avant de recevoir un regard assassin du nageur. Celui-ci était levé depuis bientôt quatre heures, il était arrivé la veille au dortoir et la première chose à laquelle il avait pensé en se levant aux aurores ce matin-là était : PISCINE. Épuisé et puant de chlore, il avait donc toutes les difficultés du monde à rester éveillé.
C'était sa première cérémonie dans l'école vu qu'il était arrivé au cours de l'année précédente mais il avait bien assez vu à quoi cela ressemblait pour savoir que cela ne valait même pas la peine de rester debout. Il somnolait donc avec maestrio, arrivant à se réveiller quelques secondes à un intervalle de deux minutes à chaque fois mais sans jamais véritablement prêter attention à son entourage.

Furtivement, il aperçu une tête rousse s'asseoir à ses côtés. Il cru reconnaître le président de son club, dans la même année que lui. Il était grand, plus grand que lui, ne l'avait pas remarqué et dans le brouillard de sommeil qui enveloppait Haku son épaule était devenue remarquablement attirante. Laborieusement, sa conscience essaya de lui expliquer avec timidité (toujours) que c'était une très mauvaise idée et que dès son réveil il allait devoir se retenir de rougir jusqu'aux oreilles et s'excuser de toutes ses forces parce que sa timidité allait se réveiller en même temps que ses neurones.
Mais ce labeur fut vain car bientôt la tête brune du jeune japonais alla rejoindre l'épaule moelleuse de son président avec un faible sourire satisfait, de quoi rendre folles ses si chères fans. Matsuoka Haku était bel et bien endormi et devait être en train de rêver de joyeux petits dauphins pour avoir l'air aussi satisfait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageLun 29 Juil - 3:44
En y allant de droit à gauche, Aise s'était perdue. Elle ne trouvait pas la salle où se passe la cérémonie, malgré les nombreux panneaux qui indiquait le chemin. Aussi, toujours tellement distraite pour des choses futiles, elle partait la plupart du temps à l'opposé du lieu qu'on lui indiquait. Juste pour suivre un papillon ou bien même par la curiosité de voir les choses qu'offraient ce bâtiment. Heureusement pour elle, elle était arrivé plus deux heures plus tôt par l'ordre de ses parents qui devaient bien la connaitre.

Elle avait au moins déposé ses affaires dans sa chambre. Une chambre qui regroupe quatre lits dont deux qui se trouvait près des valises. Cela devrait être les lits choisis par ces deux nouvelles colocataires... Elle se demande bien comment elles sont et si elle pourrait bien s'entendre avec elles. Enfin si c'est bien tous des filles, mais je ne pense pas que l'idée d'un "garçon dans la chambre" fait partie de la pensée d'Aise, qui en ce moment est toujours perdue dans les bâtiments.

Après plus d'une heure à chercher cette maudite salle, elle posa ses fesses sur le sol d'une des salles de cours, fatigué de chercher.

« Je le trouvera jamais ! » Hurla-t-elle.

Elle commençait à pleurnicher même si elle ne laissait aucune larme de ses yeux couler sur son visage. Après plusieurs secondes assise, elle se leva trouvant que le sol était bien dure et essuya ses larmes. En entendant un bruit qui ressemblait plus à une annonce, elle regardait à la fenêtre. Le son venait de l'extérieur. Elle vit de nombreuses personnes allant vers le gymnase. À ce moment, ses yeux se mettait à pétiller. Il n'y avait qu'elle qui ne doutait pas que ce genre de cérémonie se faisait dans un gymnase. Elle se met à dévaler dans les couloirs, soulagée d'avoir retrouvé son chemin. Courant vers l'extérieur, elle grugeait la plupart des gens qui se rendait à la même direction.

Entrant enfin dans la salle, essoufflée, elle s'asseyait sur un des sièges des premières années. A peine assise, le discours venait de commencer. Un long discours barbant qui était un somnifère pour la petite Aise.
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageJeu 1 Aoû - 18:44

    C'était dans un coin du gymnase, pas trop devant, pas trop au fond. Un petit coin perdu entre quelques filles et quelques garçons, qui abritait la chose à la fois la plus banale et la plus incroyable qui soit : un bout d'adolescente, un semblant de gamine, dix-sept piges, une face de bébé propre derrière de grandes lunettes rouges et rondes, le tout soigneusement emballé dans un uniforme formellement identique à celui des autres. A vrai dire on ne pouvait s'offusquer que d'une longueur de jupe, excessivement longue vous en conviendrez puisqu'elle tombait avec provocation sur deux genoux pour un effet vieillot absolument disgracieux. Ne rehaussait l'allure générale de la demoiselle que l'étrange, quoique habituel au Japon, violet de ses cheveux. Et on aura ainsi fait le tour, reconnu toujours ce petit air sage, ce visage un brin pudique. Nakahara Ume, dont la surprenante présence ne pouvait être la cause que d'une intervention divine. Super Mayu était-elle arrivée à la rescousse ? Avait-on seulement déjà vu Ume-chan se pointait le bon jour à la bonne heure au bon endroit ? Rarement. Il fallait bien l'avouer. Mais que s'était-il passé ? Par quel moyen, quel déclic, quelle illumination avait bien pu lui indiquer la chose à faire cette fois-ci ? Nous ne le saurons jamais. Question de suspens.

    Et tout s’enchaîna alors très vite. Nakahara-san observait avec un intérêt tout particulier le déroulement de la fameuse cérémonie. Elle ponctuait gravement le moindre mot qui sortait de la bouche du Président d'un signe de tête. Ce qui ne signifiait pas spécialement qu'elle en avait intégré la totalité. En vérité ne tournait dans sa tête qu'une seule et même rengaine. Un seul désir. Une seule obsession. Elle paniquait doucement. Quelqu'un qui avait dû anticiper le comportement saugrenu de la demoiselle lui avait formellement interdit de quitter la cérémonie en cours de route. Ca ne se faisait pas. C'était un manque de respect. Et ce que Ume ne voulait surtout pas, c'était manquer de respect à la totalité de l'établissement. Là était le dilemme. La source du bien et du mal. L'équilibre du monde. Ou peut-être juste une fâcheuse tendance à tout disproportionner. Quoiqu'il en soit elle commençait véritablement à s'inquiéter de la chose. Jusqu'à voir ce qui constituait de coutume la solution à tous ses problèmes.

    Aussi alors que le Président réclamait le plus naturellement du monde la présence d'illustres inconnus, eh bien ! Pour trois encore, une Nakahara se leva au même moment ! Une coïncidence ? Non je ne crois pas. Le timing était trop bon. Et c'est ainsi qu'en quelques pas légers et rapides, tête baissée, joues rouges, pressée et intimidée, elle se retrouva bientôt aux côtés du conseil. Allez savoir ce qui avait pu lui passer par l'esprit pour oser se montrer devant la grande assistance. Qu'on lui coupe la tête sur place ! Mais ça devait être réellement une question de vie ou de mort. Et sans jamais regarder la foule, sa main tirait bêtement l'uniforme de l'être le plus merveilleux qui soit. Le sauveur. Le berger guidant les brebis. Takeda Mayu. Non mieux : Jésus, s'il vous plait.


      - Vous avez un triangle ? Si j'arrive à temps aux toilettes, je peux jouer du triangle. Mais il faut que j'aille aux toilettes avant, c'est très pressant.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageVen 2 Aoû - 22:59

J'les regarde tous s'exciter pour un jour que j'avais redouté. La rentrée. Et nous voilà de nouveau condamnés à devoir travailler pour à la fin ne rien gagner à part un peu plus de reproches provenant de ce que l'on nommait « les profs ». Au début, j'voulais pas y aller, à ce discours. J'voulais les laisser dans leur euphorie, ne pas leur imposer ma gueule creusée par une nuit blanche passée à lire et jouer aux jeux vidéos. J'voulais pas non plus les voir ; ils me dépriment. Mais voilà. Il semblerait que j'ai une bonne conscience -ou alors un fort taux de masochisme- qui m'a faite venir ici.

Mais autant vous le dire clairement, j'allais me barrer. Vite fait bien fait. Parce qu'ils faisaient peur c'est fous. Névrosés qui s'agitaient sur la scène comme-si ils étaient à l'aube d'un grand événement. C'est pathétique, qu'on se le dise. Ils faisaient tout ça strictement pour rien, tout comme nous travaillons pour à la fin crever comme des cons en ayant vécu une heure de bonheur et des années de merdes. Alors je me lève et je gueule, bien fort. J'le sens bien que j'suis pas la seule à penser ça, alors autant leur dire d'arrêter cette mascarade.


« Bon c'est bon là vous pouvez pas abréger !? C'est une cérémonie pour la rentrée ! 90% des gens ici sont pas heureux d'être ici alors finissez vite fait votre numéro parce que ça devient une torture là. Ok on a compris que vous étiez content toussah toussah mais y'a des gens qui préféreraient profiter de leurs derniers instants de liberté au lieu d'écouter votre numéro d'improvisation – qui sonne affreusement faux, en plus. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSam 3 Aoû - 19:49
Une nouvelle année qui commençait. Une nouvelle année qui s’annonçait palpitante et pleine d’entraînement … et de travail aussi. Enfin, ce n’est pas comme si cela le dérangeait, après tout, il avait choisi ça alors, pourquoi le regretter maintenant ? C’était peut-être un peu trop tard maintenant. Et puis, il n’était pas du genre à s’arrêter en si bon chemin. Ce n’était pas lui sinon. Tout en se préparant, il souriant doucement. Il était impatient de revoir ses amis(es) et ses coéquipiers mais aussi de voir les petites premières années qui allaient arriver. Il se souvenait encore de sa première année ici. Etre perdu le premier jour et paniquer un peu avant suivre un Sempaï jusqu’au gymnase. Alala, il avait dû ressembler à un petit mouton tout mignon à l’époque maintenant, c’était lui qui menait le troupeau –si je puis m’exprimer ainsi !-.

Il se regarda une dernière fois dans la glace et hocha la tête. Parfait, il était prêt. Tout en prenant son sac de cours et son ballon de basket, il regarda la photo de ses parents sur son bureau et les salua. Il sortit ensuite de la chambre avant de se diriger vers le gymnase. Il fût dépasser par des personnes qui courraient tandis que d’autres semblaient perdu. Il les emmena jusqu’à l’endroit où se déroulait la cérémonie d’ouverture et il sembla marquer des points auprès de certaines mais il ne s’en aperçut pas vraiment. Il les laissa s’installer là où ils le voulaient avant de, lui-même s’installer derrière une personne qu’il connaissait bien. Son ballon de basket et son sac sur le sol, entre ses jambes pour ne gêner personne.

Il ne dit pour le moment rien à Shirogane qui était juste devant lui. Il souriant simplement, regardant ce qu’il se passait tranquillement. Bizarrement, ce n’était pas comme les années précédentes. C’était … surprenant mais enfin, pourquoi pas hm ? Il écouta ce qu’il se passait avec grand intérêt et leva un sourcil lorsqu’une jeune fille au style très particulier parla. Elle ne semblait pas vraiment apprécier la cérémonie d’ouverture. Bof, chacun ses goût après tout non ? Il sourit doucement et se pencha en avant et parla à l’oreille de Shirogane :

« Eh bien alors ? Toujours aussi surexcité à ce que je vois. J'espère que ce sera le cas sur le terrain aussi. Comment ça va Shirogane et toi Takane ? Ah, Takeda-san va vraiment danser, j’ai hâte de voir ça ! »

Il fît un petit signe de la main à Mayu pour l’encourager avec un sourire ravageur accrocher sur son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message
Revenir en haut Aller en bas
 

[EVENT TERMINE] Cérémonie de rentrée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaizoku Kōkō :: Bâtiments annexes :: Gymnase-
Sauter vers: