[Forum RPG/Pensionnat Japonais] Hé, hé ? Tu connais Kaikō, enfin, Kaizoku kōkō ? C'est un lycée à Yokohama, pas loin de la mer. Bon, ok, un lycée normal à la mer quoi. Mais y a les clubs. C'est super les clubs!
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Besoin de recul.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Yutsuyashi Tako
avatar
Club culturel
Club culturel

Masculin Messages : 17
: 9085
Age : 25
Date d'inscription : 04/11/2013
Pseudonyme : Arrohk
Fiche : On s'connait ?
Carnet de bord : [url=]www[/url]
Mail : @kaikomail.jp


What's up!
Statut: Deuxième année
Club: Cuisine

MessageDim 17 Nov - 1:44
Un ciel bleu s'ouvrait au-dessus des têtes. Ca et là, des grappes de nuages cotonneux paressaient, avançant lentement vers un horizon inaccessible. Malgré une brise légère, la température était douce...Bref, le temps idéal pour s'adonner un peu au plaisir de l'introspection.

C'est avec cette idée en tête que Tako arrivait en vue du Sanctuaire. Le nez en l'air, un sourire serein flottant sur les lèvres et les mains dans les poches, il marchait d'une bonne allure, comme à son habitude. Il avait profité du week-end pour s'échapper un peu de l'atmosphère étouffante du lycée. Il  ressentait un besoin irrépressible de s'offrir un temps de pause, une minute pour penser, juste penser. A quoi ? … Il n'aurait su le dire lui même. Mais peu lui importait, il laisserait son esprit prendre la direction de son choix. C'est donc tout naturellement, après avoir déambulé plusieurs heures dans le centre de Yokohoma, qu'il s'était dirigé vers le lieu le plus approprié.
Tako montait à présent la volée de marches qui marquait l'entrée du lieu sacré à proprement parler. Comme chaque fois, le jeune garçon sentit un frisson lui parcourir l'échine et un profond respect l'envahit. Il se sentait petit, insignifiant même, face au silence écrasant qui régnait alors qu'il passait sous le torii et jetait un coup d'oeil circulaire. Quelques personnes, peu nombreuses, se recueillaient en psalmodiant à voix basse. Pendant un instant il les observa, se demandant à quoi pouvaient bien penser ces gens. Cet homme en costume chic était-il là pour obtenir une augmentation au travail ? Et cette vieille dame ? A quoi pouvait-on bien réfléchir à cet âge, quels pouvaient bien être nos souhaits ? … Sortant soudainement de sa torpeur, il avisa une stelle de pierre où brulait un bouquet de bâtons d'encens rituel. Il s'en approcha, inspirant et expirant longuement à chaque pas pour tenter de s'imprégner de toute la force environnante. Il se pencha en avant d'un geste poli et se redressa avant d'attraper l'un des batons mis à disposition des visiteurs. Il le fit un instant rouler entre ses doigts, humant le parfum entêtant qui s'échappait des volutes de fumé devant lui. Il alluma son offrande avec toute la délicatesse dont il était capable et la déposa humblement parmi les autres. Lorsque ce fut chose faite, il ferma un instant les yeux.

« Chers ancêtres...Donnez moi le courage d'affronter mon quotidien. Veillez sur moi et je tâcherai de vous faire honneur à chaque instant. »

Nouveau frisson. Reculant de quelque pas, l'apprenti cuisinier laissa un soupir de bien-être se glisser entre ses lèvres. Il se sentait apaisé, une tâche importante accomplie à ses yeux. Il pivota et aperçu un banc de pierre au soleil, légèrement en retrait. Il ne gênerait personne et pourrait profiter un peu du plaisir de ne rien faire. Ce ne fut qu'une fois assis qu'il prit conscience de la fatigue qui vrillait ses muscles. Sa balade l'avait finalement épuisé et il s'étira longuement en étouffant un baillement. Laissant tomber sa tête vers le bas, il entreprit de fixer ses pieds et se perdit dans ses pensées. Il entrevit quelques bribes de souvenirs, des étés à la campagne, ces après-midi à cuisiner avec sa grand-mère...

« Obaasan...»

Tako dormait presque à présent. La tête contre la poitrine, les yeux dans le vague, il sentait le sommeil alourdir son esprit. Il glissa un peu plus en avant et resta ainsi, dans un équilibre précaire, à profiter de la chaleur diffuse du soleil sur sa peau. Puis plus rien, le noir. Il s'était endormit une fois pour toute. Il sursauta soudain, réveillé par la sensation d'être observé. La conscience embrumé, il se demanda combien de temps il avait dormit. Il leva les yeux et soupira, rassuré. Au vue de l'éclairage environnant, il ne devait pas être plus de 18h. Reportant son attention vers le sujet de son réveil impromptu il dévisagea la personne, esquissant un sourire comateux. Il était gêné d'être ainsi prit en flagrant délit entrain de ronfler au milieu d'un lieu de prière...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sugiyama Yukino
avatar
Club artistique
Club artistique

Messages : 83
: 9875
Age : 25
Date d'inscription : 15/08/2013
Pseudonyme : Nekow
Fiche : Yukino en détails
Carnet de bord : Premier coup d’œil
Mail : Koneko@kaikomail.jp


What's up!
Statut: Première année
Club: Musique

MessageDim 17 Nov - 14:32
La foule trop importante, les bruits vrillant les tympans, les odeurs désagréables, … Pourquoi fallait-il que le moment de la fin des cours soit aussi oppressant ? Et surtout, quelle idée de sortir en même temps que tout le monde au lieu d’attendre, comme habituellement, dans la salle que les couloirs se vident…

Par chance, Yukino aperçoit une fenêtre ouverte et, sachant qu’elle se trouve au premier étage, s’empresse de sortir par cette ouverture salvatrice pour ses nerfs sous les regards surpris des quelques personnes qui la regarde faire. En s’étirant, l’étudiante ne peut s’empêcher de marmonner :


-Bon, ce week-end, je me trouve un coin vraiment calme sinon je vais commencer à devenir violente…

Sur cette bonne résolution, elle reprend sa route, sa basse à l’épaule, manger un coup avant d’aller en salle de musique.

__

Réveillée tôt par une force mystérieuse qui a décidée que dormir n’est pas quelque chose d’acceptable, la Sugiyama, un peu à cran de ne pas pouvoir faire une bonne grasse matinée, se prépare à sortir rapidement, passe en coup de vent au réfectoire et part enfin en quête d’un endroit pour reposer son esprit de la tension accumulée depuis plusieurs semaines. La foule, ce n’est vraiment pas son truc.
Afin de ne pas avoir à chercher plus tard, Yu’ achète un repas en route et porte ce dernier dans un sac en plastique, n’ayant rien d’autre pour le transporter que ses poches évidemment trop petites ou la poche de son étui, malheureusement déjà pleine.
En déambulant, la musicienne tombe sur l’endroit idéal, à savoir le sanctuaire. Absolument désert à son arrivée, la jeune fille, après une prière respectueuse, s’assoit à l’ombre d’un arbre, légèrement à l’abri des regards et regarde la paisible course des nuages dans leurs domaine. Chose rare, la demoiselle retire son casque et ne laisse place qu’au silence. Rêveuse, le temps file en l’ignorant.
Le soleil au zénith, la rideuse sort du sac ses achats de la matinée et se met à manger tranquillement en regardant autour d’elle. Seulement un couple, plutôt jeunes, qui semble bien triste à en juger par leurs mines sombres. Discrète au possible, la bassiste ne trouble pas leurs recueillements et les accompagne du regard alors qu’ils repartent, l’air plus sereins.
Son déjeuner fini et le soleil aidant, Yukino se décide à faire une petite sieste et s’endort presque instantanément, cachée dans l’ombre de l’être centenaire sur lequel elle est appuyée.

Au moment où elle ouvre les yeux, le premier réflexe de la jeune fille est de glisser une sucette dans sa bouche avant même d’avoir complètement émergée. A moitié dans les vapes, il lui faut quelques secondes pour se rappeler où elle est et regarder l’heure.
Enfin bien revenue sur terre, la lycéenne constate qu’un jeune homme dort, à en juger par sa respiration, pratiquement de profil à elle, sur un banc qu’elle n’avait pas vu en arrivant, probablement trop occupée à autre chose, allez savoir quoi. Le lycéen finit par revenir à lui et tourner la tête presque de suite dans sa direction.


*Il a un sixième sens ou quoi ?*

La Sugiyama le fixe encore quelques instants avant de sortir une sucette de sa poche et la tendre en direction de l’occupant du banc. Visiblement, la demoiselle est de bonne humeur après sa longue sieste.


Dernière édition par Sugiyama Yukino le Mer 20 Nov - 20:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yutsuyashi Tako
avatar
Club culturel
Club culturel

Masculin Messages : 17
: 9085
Age : 25
Date d'inscription : 04/11/2013
Pseudonyme : Arrohk
Fiche : On s'connait ?
Carnet de bord : [url=]www[/url]
Mail : @kaikomail.jp


What's up!
Statut: Deuxième année
Club: Cuisine

MessageMar 19 Nov - 18:55
Tako haussa un sourcil, intrigué. Le regard qui avait troublé son sommeil était celui d'une fille, une fille du lycée pensa-t-il se rappeler. Jolie qui plus est. La sacoche d'un instrument gisait à coté d'elle, elle devait être du club musique. Et à en juger par ses yeux vagues, le garçon ne devait pas être le seul à s'être autorisé une petite sieste. Il se fendit d'un sourire aimable, se rendant soudainement compte que son interlocutrice lui tendait une sucette, une expression étrangement neutre sur le visage. Il ne savait pas vraiment comment réagir, le sommeil étouffant encore légèrement ses sens. M'enfin, une sucette... Si elle voulait créer un lien, elle n'aurait pas pu tomber plus juste : Tako adorait les bonbons. Il se redressa donc doucement et se leva en direction de cette main tendue, pleine de promesse. Peut-être allait-il avoir l'occasion de faire une nouvelle connaissance intéressante. Arrivé à hauteur, il s'inclina poliment et tendit la main d'un geste maladroit pour se saisir du cadeau. Pourquoi cette maladresse ? C'est tout simple : Tako n'est pas spécialement à l'aise avec la gente féminine. Même s'il n'a aucune arrière pensée, il bafouille et s'emmele rapidement lorsqu'il s'adresse à une fille qu'il ne connait pas. Tâchant de garder une voix calme, il adressa un sourire radieux :

"Moi c'est Tako, Yutsuyashi Tako. Merci beaucoup pour la sucette."


Alors qu'il disait cela il avait justement attrapé le bâton et entreprit de défaire le papier. Il s'acharna dessus quelques instants car c'est bien connu : les sucettes c'est super difficile à ouvrir ! Il l'enfourna  dans sa bouche avec un soupir de satisfaction. Le sucre... Miam ! Il hocha une nouvelle fois la tête en signe de remerciement et leva les yeux vers le ciel. L'horizon se teintait de nuances roses et orangées, annonciatrices du crépuscule naissant.

"Il ne va pas tarder à faire nuit..." dit-il entre ses dents, pour lui-même.

Cela ne l'arrangeait pas. Pas du tout. Il n'avait pas la moindre envie de rentrer, surtout maintenant qu'il avait quelqu'un avec qui discuter. Agacé, il fit la moue en poussant un grognement discret. Il fit rouler le bonbon dans sa bouche une, deux, trois fois, avant de finalement reporter son attention sur son interlocutrice. Il attendit poliment que l'inconnue répondre, une expression amicale de nouveau fixée sur le visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sugiyama Yukino
avatar
Club artistique
Club artistique

Messages : 83
: 9875
Age : 25
Date d'inscription : 15/08/2013
Pseudonyme : Nekow
Fiche : Yukino en détails
Carnet de bord : Premier coup d’œil
Mail : Koneko@kaikomail.jp


What's up!
Statut: Première année
Club: Musique

MessageMer 20 Nov - 20:27
Surprise de la courbette alors qu’elle est elle-même assise et vient de lui tendre le plus naturellement du monde une sucette, la rideuse bloque quelques secondes et cligne des yeux plusieurs fois avant d’hausser les épaules. A peine réveillée, sa nature polie n’a pas encore émergée et somnole probablement à côté de sa sociabilité… Ou hiberne, à voir.
Un peu perdue temporellement, la jeune fille regarde le ciel, désormais teinté par le soleil couchant d’une couleur qui embrase les passions. On peut aussi dire qu’il va bientôt faire nuit, c’est plus rapide. Face à la dernière affirmation du jeune homme, elle se contente de répondre :


-Le couvre-feu est à 23h30 en week-end. Vous restez debout du coup ou vous vous installez pour glander encore un peu ?

Ah, la politesse est presque revenue. Pas complétement mais c'est un bon début. Quelques secondes de flottement défilent avant qu’une information important ne vienne effleurer l’esprit de la musicienne, qui ajoute aussi calmement que d’habitude, pas plus gênée que ça de mélanger l’ordre des phrases :

-Sugiyama Yukino.


En attendant une réaction quelconque de son camarde, l’étudiante, après s’être étirée, jette un coup d’œil dans ses affaires ainsi qu’à son portable. Comme d’habitude ce dernier est vide de tout message, ce qui l’arrange au final plutôt bien. Un coup d’œil alentours lui apprends que l’endroit est maintenant désert, outre eux deux, et elle s’empresse donc de sortir sa basse afin de se dégourdir les doigts. Bon, pas qu’elle allait jouer comme une tarée, mais il est certain que malgré le calme de sa mélodie, certaines personnes n’apprécieraient pas forcement de l’entendre dans un sanctuaire.


Dernière édition par Sugiyama Yukino le Jeu 21 Nov - 7:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yutsuyashi Tako
avatar
Club culturel
Club culturel

Masculin Messages : 17
: 9085
Age : 25
Date d'inscription : 04/11/2013
Pseudonyme : Arrohk
Fiche : On s'connait ?
Carnet de bord : [url=]www[/url]
Mail : @kaikomail.jp


What's up!
Statut: Deuxième année
Club: Cuisine

MessageMer 20 Nov - 21:49
Alors qu'il pestait contre l'heure la jeune fille fit remarquer à Tako que le couvre-feu n'était pas encore d'actualité, et l'invita du même coup à s'asseoir. Elle marquait un point : ils avaient parfaitement le temps de profiter encore un peu de leur liberté. Par contre, l'idée de poser de nouveau son cul ne lui plaisait guère, il fit un petit signe de tête poli pour décliner la proposition.
Elle se présenta finalement. Tako tentait de graver dans sa mémoire tout les noms qu'il entendait depuis le début de cette nouvelle année, mais il peinait encore bien souvent à les retrouver au moment opportun. Yukino donc, jeta un oeil à son téléphone et...Les yeux de l'apprenti cuisiner se mirent à briller avec intéret. Elle venait de sortir son instrument. Une basse. Le sourire du garçon s'élargit un peu plus : bien qu'il soit véritablement médiocre en matière de musique - et pourtant, ce n'est pas faute d'avoir essayé - il adorait savourer les notes de ceux qui avaient un peu de talent. Et il n'était pas difficile, sa propre incapacité amenant la personne ayant la plus petite maitrise des bases au statut de demi-dieu. Un million de question lui brulait désormais les lèvres et son intérêt pour son interlocutrice avait encore doublé. D'une voix toujours légèrement hésitante il demanda :

« Ca fait longtemps que tu joues ? »

Ca serait pour l'instant tout ce qu'il s'autorisait. Après tout, peut-être Yukino n'avait-elle pas la moindre envie qu'il l'assaille de questions. Ca serait compréhensible, lui-même réagirait avec agacement, à n'en pas douter. Bien que notre ami fasse tout pour ne rien laisser paraître, il devait bien s'avouer qu'il était impatient de l'entendre. Mais... ! Ils étaient dans un sanctuaire ! Cette idée frappa Tako comme un marteau sur un gong. Une sonnerie d'alerte retentit dans son être tout entier et il sentit un frisson glacé lui parcourir l'échine. Les ancêtres n'allaient surement pas aimer ça. Et il subirait leurs foudres pour l'ensemble de la semaine à venir. Nouveau frisson. Il ouvrit la bouche, se ravisa, plus s'inclinant le plus bas possible pour cacher le rouge qui lui montait il dit d'une voix à la fois étrangement tremblante et ferme :

« Est-ce que nous pourrions aller dehors. Je ne remets pas du tout tes compétences en question, mais...mais j'ai pour habitude de respecter la paix des anciens... »


Il était tiraillé entre l'impression tenace d'être passablement ridicule, et la ferme intention de ne pas troubler le calme du Sanctuaire. Il s'était déjà endormi comme un rustre, il n'avait pas le courage de défier à nouveau ses ancêtres. Tako ne se redressa pas, attendant une réaction de la part de la jeune musicienne. La tête baissée, il resta ainsi bloqué dans son geste qu'il avait voulu poli mais qui traduisait plus ou moins clairement sa gêne et son angoisse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sugiyama Yukino
avatar
Club artistique
Club artistique

Messages : 83
: 9875
Age : 25
Date d'inscription : 15/08/2013
Pseudonyme : Nekow
Fiche : Yukino en détails
Carnet de bord : Premier coup d’œil
Mail : Koneko@kaikomail.jp


What's up!
Statut: Première année
Club: Musique

MessageMer 20 Nov - 22:18
Un petit temps de réflexion. Depuis combien de temps fait-elle de la basse ? C’est une très bonne question… Finalement, se prendre la tête sur une question comme ça n’étant pas dans ses priorités, elle répond simplement :

-Depuis quelques années pour ce qui est de la basse, c’est l’instrument que je maîtrise le plus.

Une phrase aussi longue après une sieste, c’est presque surréaliste à la réflexion de la demoiselle. A l’entente de la dernière phrase de l’étudiant, elle prend un air blasé, signifiant clairement et de façon compréhensible pour n’importe qui « haaaaaan naaaaan, j’ai pas enviiiiie… ». Pauvres ancetres, ils doivent quand même vachement s'ennuyer a n'avoir pour compagnon que le silence. La musicienne laisse échapper un soupire. Visiblement, bouger ne lui fait pas du tout envie, mais alors pas du tout. Quelques secondes passent pendant lesquels ses doigts pianotent. L’envie de jouer gagne petit à petit du terrain tant et si bien qu’elle finit par se lever, prendre sa sacoche, ses déchets, poser sa basse telle une hache de guerre sur son épaule et commence à avancer afin de sortir d’ici, tout ceci accompagné d’un énorme soupire.
Elle marque un temps d’arrêt au seuil du sanctuaire et se retourne pour regarder si Yutsuyashi-san la suit ou non, l’enjoignant de se dépêcher d’un signe de tête et d’un sourire. Ceci fait, Yu’ reprend sa route le plus tranquillement du monde et vas s’installer sous un arbre, loin de « chez les anciens ». Décidant qu’elle a suffisamment attendue, la musicienne s’empresse de commencer à jouer. Sans partir dans du grand art, préférant les airs simple et calmes, les notes s’enchaînent sans accroches, pour le plus grand plaisir auditif de la Sugiyama, en manque de musique après cette journée au calme. Échauffée, la bassiste a envie d’enchaîner sur une reprise de « Dani California » (hrp : j'ai écris le rp en écoutant ça, clic). Juste avant de commencer, elle branche un ampli portable (qui tient dans une poche), y branche ses écouteurs et tend l’un des deux à Tako.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yutsuyashi Tako
avatar
Club culturel
Club culturel

Masculin Messages : 17
: 9085
Age : 25
Date d'inscription : 04/11/2013
Pseudonyme : Arrohk
Fiche : On s'connait ?
Carnet de bord : [url=]www[/url]
Mail : @kaikomail.jp


What's up!
Statut: Deuxième année
Club: Cuisine

MessageJeu 21 Nov - 12:17
Tako releva finalement la tête afin de pouvoir guetter la réaction de son interlocutrice. C'est sans surprise qu'il décela un agacement marqué dans son expression. Son soupir était lui aussi parfaitement explicite et le garçon se mordit la lèvre supérieur, géné au plus haut point. Cependant Yukino se leva après avoir hésiter quelques instants, sans émettre la moindre protestation. Il sentit sa tension intérieure se relâchée presque instantanément : elle n'avait pas l'air plus que ça vexée de son zèle. Rassuré, Tako lui emboita le pas alors que la jeune fille prenait la direction de la sortie. Il avait réussit ! Les anciens lui devaient une fleur.

« Merci de ta compréhension. » lâcha-t-il à voix basse.

Lorsqu'elle se tourna vers lui pour adresser un sourire et lui faire signe de s'activer, notre ami avait retrouver son calme et son visage s'éclairait à nouveau d'un sourire radieux. Il accéléra la cadence pour arriver à la hauteur de Yukino qui avait visiblement trouver un endroit à son goût pour s'installer. Ils étaient restés silencieux ces quelques instants, ce qui convenait parfaitement à Tako qui n'avait pas la moindre inspiration pour lancer un sujet de conversation. Immédiatement après s'être installée, la musicienne entama une mélodie. Elle était simple mais claire, les notes exécutées avec une application étonnante. Il était indéniable qu'elle prenait beaucoup de plaisir à jouer, ça se sentait. Un frisson parcourut l'échine du garçon alors que résonnait le son grave de l'instrument. La pénombre s'étendait lentement entre les arbres, sur les facades, donnant à la scène une atmosphère de mélo-drame. Tako ferma un instant les yeux, savourant avec un plaisir jubilatoire la douceur qui émanait de la basse. Décidement, il adorait vraiment la musique. Alors qu'il rouvrait les yeux, sentant qu'il s'éloignait la realité, il s'aperçut qu'on lui tendait un écouteur. Il s'en saisit avec précaution et le glissa dans le creux de son oreille. L'apprenti cuisinier n'avait pas l'habitude des écouteurs, qui lui tenaient mal, mais il n'aurait louper pour rien au monde l'occasion d'entendre la bassiste "en vrai". Il attendit qu'elle se lance, se questionnant sur ses goûts et la façon dont elle donnerait vie à sa musique. De nouveau, l'impatience le gagnait. Cette journée était décidement très enrichissante et, Tako l'espérait, annonçait peut-être le début d'une amitié naissante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sugiyama Yukino
avatar
Club artistique
Club artistique

Messages : 83
: 9875
Age : 25
Date d'inscription : 15/08/2013
Pseudonyme : Nekow
Fiche : Yukino en détails
Carnet de bord : Premier coup d’œil
Mail : Koneko@kaikomail.jp


What's up!
Statut: Première année
Club: Musique

MessageJeu 21 Nov - 13:01
A peine l'écouteur à-t-il quitté sa main que celle-ci se met en place afin de commencer à jouer, impatiente. L'autre termine de brancher son mp-3 à l'ensemble et lance l'original en fond sonore afin d'accompagner sa performance (et aussi parce que ça fait « plus classe » quand même). Sans plus de cérémonie débuter en battant la mesure de son pied, la musicienne débute la reprise, sans se poser la question du pourquoi ce morceau précisément. Bien vite, alors que les cordes vibres sous ses doigts, la demoiselle laisse sa tête battre la mesure. De temps à autre, un froncement de sourcil à l'entente d'une note qui ne sonne pas exactement comme dans son souvenir vient ternir son visages quelques secondes avant que celui-ci ne retrouve sa neutralité habituelle. Tellement enfermée dans son monde musicale, les yeux fermés et habituée à jouer pour elle la, bassiste oublie la présence de son auditeur et affiche un début de mine surprise en reprenant contact avec le réel, après plusieurs morceaux enchaînés sans logique de suite dans le style de musique. La tête tournée sur le côté, en direction de son camarade, et clignant à plusieurs reprise des yeux, elle lui dit, l'air pas plus embêtée que d’accoutumé :

-Pardonnez-moi, je vous avais complètement oublié...

Sa sucette suffisamment entamée, Yu' croque dedans et l'éclate en morceaux. La basse posée sur les jambes, en équilibre plus qu'autre chose, et les mains posées derrière elle, ses yeux suivent la course d'un nuage vers le couchant. Une question lui vient alors :

-Vous jouez d'un instrument, Yutsuyashi-sempai ?

Quitte à se faire une nouvelle connaissance, autant parler un peu. Le jeune homme ne semble pas chiant ni méchant, plutôt amical et doté d'un certain respect envers autrui, même si ce ne sont que les morts. De ce fait aucunes raisons que la Sugiyama ne discute pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





Message
Revenir en haut Aller en bas
 

Besoin de recul.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaizoku Kōkō :: Aux alentours :: Sanctuaire-
Sauter vers: