[Forum RPG/Pensionnat Japonais] Hé, hé ? Tu connais Kaikō, enfin, Kaizoku kōkō ? C'est un lycée à Yokohama, pas loin de la mer. Bon, ok, un lycée normal à la mer quoi. Mais y a les clubs. C'est super les clubs!
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rage on a video game's world [PV Maeda Mitsumichi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Tatsubayashi Haruma
avatar
Club artistique
Club artistique

Masculin Messages : 10
: 9245
Age : 24
Date d'inscription : 06/11/2013
Pseudonyme : Anja
Fiche : www
Carnet de bord : www
Mail : @kaikomail.jp


What's up!
Statut: Deuxième année
Club: Arts plastiques

MessageVen 8 Nov - 22:57

Rage on a video game's world




20 heure s'affiche à l'horloge dans le lycée Kaizoku Koko. Dans les couloirs silencieux se profile l'ombre du soleil se préparant à se coucher, les colorants ainsi d'une teinte orange-rosé. Plus profond dans la rangée de porte fermé se dresse la lumière d'une salle rester allumée de lequel s’échappe une agitation. Une ribambelle de mot flotte alors allégrement dans l'air tel une mélodie.

«  P***** de peinture trop liquide de M**** »

Oui, c'est bien ce genre là. Des mots d'une douceur tel que les anges se précipiteraient pour les écouter comme une poésie. Dans cette pièce se trouvais un jeune homme aux cheveux noirs s'agitant de la manière d'un forcené sur de la peinture trop liquide à son goût. Cela devait faire un peu plus de trois heures qu'il s'affairait sur la préparation d'une maquette en carton pour la faire ressembler à une vraie ville, cependant le matériel à disposition ne semblait pas vraiment d'accord avec ce fait et l’empêcher de faire ce pour quoi il était venu. Mais ce n'allait pas être un tube de peinture qui allait faire la loi ! Des petits comme lui Haruma en avait vu des tonnes et ce n'est pas aujourd'hui qu'il laisseras tomber, surtout que ce projet lui tenais vraiment à cœur. Depuis petit il avait l'habitude de faire des maquettes, avec un père architecte qui lui apprenait tout ce qu'on pouvait apprendre à ce sujet dans l'espoir d'en faire un futur architecte lui-même. Vague désillusion qui se profilait ici, la déception de voir son fils se diriger vers une voie complètement différente le rendait aigri, pourtant il ne le détestait pas et continuer d'encourager le jeune homme tout de même.  

Le jeune Haruma avait cesser d'enrager sur cette peinture à laquelle il avait réussit à donner une meilleure texture. Il avait même entamer les grandes lignes de son œuvres à venir. Il était impatient de voir le résultat final, même si pour le moment ce fait n'était pas acquit. La question était «  arrivera-t-il a ne pas tout mettre à la poubelle dans un excès de colère et de mécontentement? » Car en effet, c'est ce qui arrivé lorsqu'une de ses « œuvres », comme il aime à les appeler, ne le satisfaisait pas. Était-ce par pur caprice de perfectionniste ou par peur d'affronter le jugement d’autrui ? Il n'en était même plus sur lui-même.  

Après quelques minutes de peinture grossière, se dessine un avant goûts de ce que pourrait donner le final et pour être franc, le percer ne savait vraiment pas quoi penser de ce qu'il faisait. Un pas en arrière, puis deux et quatre pour finalement se retrouver à l'autre bout de la pièce et avoir une vue d'ensemble de son produit. Rien n'y faisait, il n'avait aucune idée du rendu et s'il était une personne normale, il aurait continuer jusqu'à la fin et pouvoir jugé ensuite. Hélas, c'était lui, le perfectionniste dérangé et sanguin, et la les choses ne s'arrangerait pas. Haruma posa ses deux coudes sur une table, le visage dans les mains, il ne bougeait plus quelques seconde avant de pousser d'un coup de pied la chaise qui se trouvais a coté de lui, provoquant un boucan infernal. Un tel bruit ne passerais sûrement pas inaperçu a cette heure-ci et cela pouvait se traduire comme la dégradation du matériel scolaire à disposition, mais sa capacité à réfléchir s'était perdu dans un coin.

En passant à coté de la chaise, il se dirigea vers la fenêtre qu'il ouvrit grand puis il alla se saisir de sa maquette, retournant à la fenêtre avec cette seule idées en tête : faire tout ce qui était bon pour ce « truc », le jeter.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maeda Mitsumichi
avatar
Club culturel
Club culturel

Messages : 11
: 9285
Age : 24
Date d'inscription : 04/11/2013
Pseudonyme : Ekinaeh
Carnet de bord : www
Mail : @kaikomail.jp


What's up!
Statut: Deuxième année
Club: Etude de la culture pop

MessageSam 9 Nov - 16:16

Rage on a video game's world
AVEC tatsubayashi haruma

La journée avait été longue : réveillée à sept heures moins le quart du matin afin de se préparer pour aller en cours, début des cours à huit heures trente pour finir les cours à quinze heure trente. Jusque-là elle n’avait rien fait de bien fatiguant appart centrer son attention sur les paroles sortant de la bouche des enseignants. Mais qui dit cours sous entends devoirs et à force de passer son temps avec son club de l’étude de la culture pop, autrement qualifié comme club des otakus, et, entre autre, diverses parties de jeux vidéo,  Mitsumichi avait pris du retard dans les devoirs à rendre ainsi que dans ses révisions. Après tout, pour réussir à faire le métier qu’elle désirait, elle devait réussir ses examens ce qui en dehors de l’art était assez juste. A la fin des cours elle s’était donc dirigée vers la salle de son club s’excusant de son absence avant de filer à la bibliothèque se plonger dans la lecture de ses cours et de livres annexes pouvant lui être utile pour ses devoirs. Elle s’attaqua dans un premier temps à ses révisions des cours de sciences sociales. Autrement dit, l’un des cours les plus ennuyants et les plus durs à retenir avec toutes les dates importantes de l’Histoire du Japon principalement. La jeune japonaise aux cheveux décolorés se mit à faire des fiches de révisions, d’après les dires c’était efficace pour réviser rapidement, il suffisait de prendre les éléments importants du cours et de les mettre sur une petite fiche facile à transporter, facile à faire. Sauf que pour elle, c’était tout autre. Retirer les éléments essentiels du cours n’était pas une chose simple mais le plus dur était de les synthétiser. A de nombreuses reprises elle essaya de faire ces fiches, mais au final elle se contentait de recopier son cours. Agacée de ne pas réussir, elle laissa échapper un râle, s’attirant aussitôt les foudres du bibliothécaire qui la foudroya du regard. Elle baissa la tête faisant mine de se replonger dans la lecture de son cours. Ce qui ne dura que quelques minutes puisqu’elle lança un coup d’œil à son téléphone. Il était dix-sept heures, ce qui signifiait que ça faisait une heure trente qu’elle travaillait et elle arrivait déjà à saturation. Soit, elle allait continuer à travailler mais cette fois-ci sur un ordinateur dans la salle informatique afin de finir les devoirs de cette option, en soit ce ne serait pas bien long. Elle rangea les livres utilisés là où elle les avait trouvés, poussant ses cahiers dans son sac qu’elle jeta négligemment sur son épaule.

Quelques minutes plus tard, elle était devant la salle informatique, heureusement pour elle, elle n’était pas la seule à vouloir travailler là vu que la salle était encore ouverte et qu’un élève se trouvait là. Elle lâcha un bref bonsoir auquel elle n’eut aucune réponse avant de s’asseoir devant un ordinateur et de commencer à travailler. Elle se mit à travailler cherchant à faire un travail plus que correct, après tout, les nouvelles technologies ça la connaissait. Curieuse elle se mit à fouiller dans l’ordinateur, vérifiant l’historique, les images, vidéos. Elle tomba d’ailleurs sur plusieurs clips vidéo sur le site watchme en surfant dans l’historique de l’ordinateur. Des gens utilisés vraiment ces bijoux de technologie de la salle de cours pour regarder des clips alors qu’il y avait des ordinateurs fait pour dans la salle commune ? Tout est-il que le temps sembla filait. Cela faisait deux heures qu’elle était là quand l’élève présent dans la salle lui signala qu’il s’en allait lui laissant les clés à remettre au professeur une fois qu’elle aurait finis. L’élève partie, elle se mit à chercher des tutoriels de modélisation, après tout elle pouvait bien chercher, cela restait dans le cadre d’une recherche personnelle pouvant aider pour son avenir. Une heure plus tard, il était donc vingt heure, Mitsumichi se décida à quitter la salle, prenant soin de tout éteindre et de remettre les chaises en place, elle ferma la porte, déposant les clés dans la salle des professeurs avant de se diriger vers le réfectoire afin de remplir son estomac bien qu’elle n’avait pas nécessairement faim.

Ce n’est qu’en s’approchant de la salle d’art plastique qu’elle entendit un boucan infernal. Elle s’arrête net, se demandant quel individu pouvait encore travailler à cette heure-là, oubliant qu’elle-même venait juste de rendre les clés de la salle et donc de travailler, si on peut dire ça. Elle s’approcha alors de la salle de cours, passant sa tête dans l’encadrement de la pièce. Elle reconnut tout de suite son colocataire et camarade de classe depuis un peu plus d’un an maintenant : Haruma. D’ailleurs celui-ci venait d’ouvrir la fenêtre. Que voulait-il faire ? Sauter et donc se suicider ? En pensant à cette idée, les yeux de la japonaise s’écarquillèrent, il n’était tout de même pas suicidaire, elle l’aurait remarqué à force de passer ses soirées dans sa chambre en sa compagnie, bien que souvent ils dormaient tous les deux… Elle s’apprêtait à intervenir quand elle le vit faire demi-tour et prendre ce qui semblait être une maquette. Oui c’était ça. Mais il semblait vouloir s’en débarrasser et ça il en était hors de questions. Mitsumichi l’avait bien trop souvent entendu râler à propos de ses œuvres qu’il n’aimait pas, elle n’avait pas envie de le voir ronchon dans la chambre et puis il suffisait d’imaginer que quelqu’un passe au moment où il jetterait sa maquette et que cette personne se la reçoive sur le crâne pour que son colocataire ait des histoires. Chose qu’elle ne désirait  pas, après tout elle l’aimait bien son coloc’, il n’était pas bien méchant. Elle se mit donc à courir, se faufilant dans le petit espace entre Haruma et la fenêtre, être petite avait des avantages, elle pouvait se faufiler facilement presque partout. Elle donna des petits coups de fesses afin d’essayer de le pousser pour l’éloigner de cette dite fenêtre. Elle sauta sur place pour essayer de bien fermer la fenêtre, ce qui était assez comique vu qu’il lui suffisait de tendre les bras pour la fermer, mais que voulez-vous, elle avait tellement l’habitude qu’on lui dise qu’elle était petite que tout lui semblait plus grand… Au final elle abandonna et se tourna vers le japonais, penchant la tête sur le côté l’espace d’un instant avant de pointer du doigt la maquette.

_ Tu veux faire quoi ? La jeter ? Ne la jette pas par la fenêtre ! Imagines que quelqu’un passe au moment où tu la jettes ! Et cette personne, bah elle le recevra sur la tête ! En disant cela elle se donnant un coup sur le haut de son crâne. Elle marqua une petite pause avant de recommencer à parler. Elle aura mal, elle ira se plaindre au prof ou au conseil des élèves ! Et c’est qui qui aura des histoires ?! C’est Haruma ! Toi quoi !

Elle secoua la tête négativement avant d’afficher une mine triste.

_ Ce serait bête que tu ais des problèmes pour si peu !… Elle pointa son doigt vers la poubelle. C’est pour ça qu’il faut que tu la mettes dans la poubelle ! Mais au fait… Pourquoi tu veux la jeter ? Elle a l’air bien ta maquette !

En disant ses mots, Mitsumichi s’était pencher vers l’« œuvre » d’Haruma, louchant presque pour mieux la voir. Elle pouvait voir des traits de peinture sur la maquette comme pour donner un avant-goût de l’œuvre. Quant aux couleurs qu’il avait utilisés, elle ne pouvait pas vraiment être utile, le fait qu’elle soit daltonienne ne lui permettant pas de bien différencier les couleurs les unes des autres. Elle se recula jusqu’à ce que ses mains, touche le  mur.

_ Dis Haruma… Tu dois faire comme maquette ?

Un sourire se dessina sur ses lèvres. Oui elle était curieuse. Est-ce que c’était un défaut ? En attendant elle devait lever la tête afin de regarder son colocataire dans les yeux. Ils avaient quoi les garçons a tous être grand dans ce lycée ?


Spoiler:
 


© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsubayashi Haruma
avatar
Club artistique
Club artistique

Masculin Messages : 10
: 9245
Age : 24
Date d'inscription : 06/11/2013
Pseudonyme : Anja
Fiche : www
Carnet de bord : www
Mail : @kaikomail.jp


What's up!
Statut: Deuxième année
Club: Arts plastiques

MessageSam 9 Nov - 23:42

Rage on a video game's world




Tandis que le japonais s’apprête à lancer sa maquette par la fenêtre, une ombre se découpe dans son champs de vision, puis un coup de fesses donner au niveau de sa hanche le fait reculer légèrement. C'est bien cela, un coup de fesses. Puis voilà que la personne s'agite devant lui, sautillant sur place. Seulement à ce moment, il se rend compte de qui l'as repousser. Mistumichi, sa colocataire, se tenant devant lui,  il la regarda pendant un moment l'air ahurit, il ne s'attendait vraiment pas à ce qu'elle face son apparition ici. Puis elle pointa la maquette du doigt, le faisant sortir de sa torpeur.  

_ Tu veux faire quoi ? La jeter ? Ne la jette pas par la fenêtre ! Imagines que quelqu’un passe au moment où tu la jettes ! Et cette personne, bah elle le recevra sur la tête ! Dit-elle se donnant un coup sur le haut de son crâne avant de marquer une pause.  Elle aura mal, elle ira se plaindre au prof ou au conseil des élèves ! Et c’est qui qui aura des histoires ?! C’est Haruma ! Toi quoi ! 

Il rêve ou il était carrément en train de recevoir des remontrances de sa camarade ? Il baissa instinctivement le visage vers elle. Étrangement, voir une mine triste se dessiner sur son visage lui provoqua un pincement au cœur, dans le fond, cela lui rappeler ses petites sœurs. De ce fait il ne l'écoutait plus vraiment . Il revenu soudain au paroles de Mitsumichi lorsque celle-ci fit de nouveau un mouvement de main , mais cette fois-ci en direction de la poubelle, le regard du garçon aux cheveux noir avait alors suivit ce mouvement des yeux comme un chie l'aurait fait avec une balle, ce qui n'est pas flatteur. Ainsi les paroles de la jeune fille lui reviennent en tête.

_ Ce serait bête que tu ais des problèmes pour si peu !…C’est pour ça qu’il faut que tu la mettes dans la poubelle ! Mais au fait… Pourquoi tu veux la jeter ? Elle a l’air bien ta maquette ! 

Surpris par les mots de sa coloc' Haruma ne dit rien pendant un instant, il resta même immobile, la maquette encore dans les mains. Un idiot, c'est ce dont quoi il avait l'air sur le coup. Immobile, muet et avec un regard d’ahuri collé sur le visage. Ce n'était pas très flatteur pour le jeune homme, il perdait toute la crédibilité de garçon énervé qu'il avait quelque minute auparavant. Il faut dire que l'arrivée de la japonaise avait bousculé ses plans , on peut même dire que sa l'avait déstabilisé le pauvre.  Habituellement les deux ne se croisait que lors des cours ou le soir dans leur chambre et encore, la plupart du temps, et quand ils n'étaient pas occupés chacun dans leur « monde »,  ils dormaient tout les deux. Donc l'arrivé brutale de sa petite colocataire avait totalement chamboulée les habitudes du jeune homme. Mais on peut également dire qu'elle venait sauver un travail de plus de trois heures et il lui en serait donc reconnaissant à un moment ou à un autre. Ainsi n'avait-il pas eu encore le temps de répondre à la question de la demoiselle qu'elle se mettait à en poser une nouvelle.

_ Dis Haruma… Tu dois faire comme maquette ?  

Cette fois-ci elle semblait intéressée, ce qui eu le don de faire parvenir un sourire sur le visage quasi impassible que le jeune homme avait garder jusqu'ici. La maquette commençait a peser sur ses bras alors, il tourna le dos quelque instant à son interlocutrice afin de poser celle-ci, supprimant par ailleurs son envie précédente. Se retournant vivement pour faire face à la jeune fille de nouveau, il plaqua ses mains sur les bords de la table y prenant appuie. Il baissa le visage un instant en fermant les yeux, le calme retrouver à l'intérieur de sa tête lui extirpa un soupire, puis il leva de nouveau les yeux vers elle. D'une voix plutôt grave, il répondit à la question de la demoiselle.

«  De l'architecture, on m'as demandé de refaire n'importe quel paysage de la manière la plus fidèle possible. Et je me retrouve avec ce truc informe. Dit-il tout en indiquant la maquette d'un mouvement de tête. Et sa a vraiment tendance à me taper sur les nerfs, j'ai l'impression d'avoir craché sur mon projet. »

Il croisa ses bras, et porta une de ses mains proche de son front, exprimant sa désolation. Puis finalement, comme se rendant compte de quelque, il se dirigea vers la chaise, qui avait reçut sa colère, pour la ramasser et la mettre à la place qu'elle n'aurait jamais dut quitter. Voilà qu'il se remettait à être désagréable, son morale en dent de scie pouvais faire peur parfois, un moment il sourit, puis l'instant d’après il vous crache des insanités à la figure comme si vous étiez la pire des ordures. On peut même dire que Mistumichi avait de la chance, il ne parvenait pas a être aussi méchant avec elle qu'avec les autres. C'était sûrement dut au fait qu'il dormait dans la même chambre et que sa compagnie ne lui était pas incommodante, toujours étant que les mots qu'il prononçait actuellement n'était pas dit avec plein d'amour et de tendresse.  

«  Au fait, qu'est-ce que tu fait là ? Tu n'est pas à ton club ? »


Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





Message
Revenir en haut Aller en bas
 

Rage on a video game's world [PV Maeda Mitsumichi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaizoku Kōkō :: Premier étage :: Salles de cours :: Salle d'arts plastiques-
Sauter vers: